CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES ENTREPRISES

DU SECTEUR PRIVƒ DU SPECTACLE VIVANT

 

SOMMAIRE

 

PREAMBULE           

 

Titre I - Champ de la convention collective nationale des entreprises du secteur privŽ du spectacle vivant

 

Article I.1 – Champ d'application territorial et professionnel

 

Titre II - VariabilitŽ des conditions dÕemploi – Secteurs dÕactivitŽ - Annexes

Article II.1 -  VariabilitŽ des conditions d'emploi selon les modes de diffusion et d'exploitation des spectacles

Article II.2 -  VariabilitŽ des conditions d'emploi selon les disciplines artistiques

Article II.3 -  VariabilitŽ des conditions d'emploi selon les jauges des lieux

Article II.4 -  Secteurs d'activitŽ  - Annexes

Article II.5 - NŽgociation des annexes

Article II.6 - Champ d'application des annexes par secteurs d'activitŽ

DŽtail du champ d'application des annexes

 

Annexe 1 - Exploitants de lieux, producteurs ou diffuseurs de spectacles dramatiques, lyriques, chorŽgraphiques et de musique classique

Annexe 2 - Exploitants de lieux, producteurs ou diffuseurs de spectacles de chanson, variŽtŽs, jazz, musiques actuelles

Annexe 3 - Exploitants de lieux, producteurs ou diffuseurs de spectacles de cabarets

Annexe 4 - Producteurs ou diffuseurs de spectacles en tournŽe et clauses gŽnŽrales de la Convention collective visant les dŽplacements

ModalitŽs dÕapplication des annexes 1 ˆ 5

Conditions dÕapplication entre les annexes 1 et 4

Conditions dÕapplication entre les annexes 2 et 4

Conditions dÕapplication entre les annexes 3 et 4

Conditions dÕapplication entre les annexes 4 et 5

 

Annexe 5 - Producteurs ou diffuseurs de spectacles de cirque

Annexe 6 - Producteurs, diffuseurs, organisateurs occasionnels (y compris les particuliers) de spectacles de bals avec ou sans orchestre

 

Article II.7 : Commission d'interprŽtation

 

Titre III - LibertŽ civique et ŽgalitŽ – Non-discrimination

Article III.1 - LibertŽ d'opinion et libertŽ syndicale

Article III.2 - ƒgalitŽ. Non-discrimination

 

Titre IV - ReprŽsentation des salariŽs – Droit syndical – Dialogue social

                  Article IV.1 - ReprŽsentation des salariŽs dans l'entreprise                                   

                  Article IV.2 - DŽlŽguŽs du personnel 

Article IV.3 - Conseillers Conventionnels des salariŽs  

Article IV.4 - Missions des Conseillers Conventionnels des SalariŽs

Article IV.5 -  Elections des Conseiller Conventionnel des SalariŽs

Article IV.6 - PublicitŽ et information

Article IV.7  - Saisine des Conseillers Conventionnels des SalariŽs

Article IV.8 - Rapport annuel de mŽdiations des Conseillers Conventionnels des SalariŽs

Article IV.9 - Financement

Article IV.10 - Droit syndical et sections syndicales d'entreprise 

Article IV.11 - Collecte des cotisations 

Article IV.12.- Affichage

Article IV.13 - Diffusion des publications et tracts syndicaux

Article IV.14 - Local syndical

Article IV.15.- PersonnalitŽs extŽrieures 

Article IV.16 - Les organisations syndicales reprŽsentatives 

Article IV.17 - Le reprŽsentant de la section syndicale (RSS)

Article IV.18 - DŽlŽguŽs syndicaux 

Article IV.19 - Exercice d'un mandat syndical

Article iV.20 - Autorisation dÕabsence des dŽlŽguŽs syndicaux, des reprŽsentants de la section syndicale et des salariŽs džment mandatŽs

Article iV.21 - ComitŽ d'entreprise

Article iV.22 - Fonctionnement

Article IV.23 - R™le et attributions du comite dÕentreprise

Article iV.24 - Contributions au comitŽ dÕentreprise

Article IV-25 - ComitŽ dÕAction Sociale et Culturelle – Spectacle Vivant PrivŽ (CASC-SVP)

Article iV.26 - Accords collectifs de groupe, d'entreprise, ou d'Žtablissement

Article iV.26.1 - Articulation des niveaux de nŽgociation

Article IV.26.2 - Conclusion des accords d'entreprise

Article iV.26.2.1 - En cas de prŽsence d'un dŽlŽguŽ syndical dans l'entreprise

Article iV.26.2.2 - En cas d'absence d'un dŽlŽguŽ syndical dans l'entreprise

 

Titre V- Financement du paritarisme

Article V.1

Article V.2

Article V.3

Article V.4 a

Article V.4 b

Article V.4 c - Part affectŽe aux dŽpenses structurelles de fonctionnement de la convention

 

Titre VI - Grilles des emplois – Classifications - Salaires

Article VI.1 - Nomenclature des emplois

Article VI.2 - Grille et principes de classification

Article VI.3 - CatŽgories et filires

Article VI.4 - Salaires

Article VI.5 - NŽgociation annuelle

 

Titre VII : Contrats de travail

Article VII.1 - Mentions obligatoires -  Contrats ˆ durŽe indŽterminŽe

Article VII.2 - Mentions obligatoires - Contrats ˆ durŽe dŽterminŽe (CDD et contrat ˆ durŽe dŽterminŽe dit dÕusage)

Article VII.2.1. Mentions obligatoires du CDD dit dÕusage

Article VII.2.2. Mentions obligatoires du contrat ˆ durŽe dŽterminŽe

Article VII.3 - PŽriode dÕessai - Contrats ˆ durŽe indŽterminŽe

Article VII.4 - PŽriode dÕessai -  Contrats ˆ durŽe dŽterminŽe

Article VII.5 - Rupture du contrat de travail

Article VII.6 - PrŽavis

Article VII.7 - IndemnitŽ de licenciement

Article VII.8 - Retraite

 

Titre VIII - DurŽe, organisation du travail et amŽnagement du temps de travail

Article VIII.1 - Organisation du travail

Article VIII.2 - Temps de travail effectif

Article VIII.3 - DurŽe lŽgale du travail

Article VIII.4 - Trajet

Article VIII.5 - DŽfinition de la semaine civile

Article VIII.6 - Heures supplŽmentaires

Article VIII.7 - Repos compensateur de remplacement des heures supplŽmentaires effectuŽes dans le contingent

dŽfini ˆ lÕarticle VIII.6 (salariŽs en CDI)

Article VIII.8 - Contrepartie obligatoire en repos en cas de dŽpassement du contingent dÕheures supplŽmentaires

dŽfini ˆ lÕarticle VIII-6

Article VIII.9 - Travail le dimanche

Article VIII.10 - AmŽnagement pluri-hebdomadaire du temps de travail (contrats de plus de 6 mois ˆ temps

complet et CDI ˆ temps complet)

Article VIII.11 - Forfait en jours (contrats de plus de 6 mois ˆ temps complet et CDI ˆ temps complet)

Article VIII.12 - Travail de nuit et travailleur de nuit

Article VIII.13 - Organisation du travail de nuit 

Article VIII.14 - DurŽe maximale quotidienne du travail du travailleur de nuit

Article VIII.15 - Temps de pause pendant le travail de nuit

Article VIII.16 - DurŽe maximale hebdomadaire du travail du travailleur de nuit

Article VIII.17 - DurŽe maximale du travail sur une pŽriode annuelle

Article VIII.18 - Contreparties spŽcifiques au bŽnŽfice des travailleurs de nuit

Article VIII.19 - EgalitŽ professionnelle et formation des travailleurs de nuit

Article VIII.20 - Contreparties spŽcifiques au travail de nuit

 

Titre IX - Clauses gŽnŽrales de la Convention collective visant les dŽplacements

Titre X - CongŽs

Article X. 1 - CongŽs payŽs annuels

Article X.1.1 – Dispositions relatives aux salariŽs ne relevant pas de la caisse des congŽs spectacles

Article X.1.2 – Dispositions relatives aux salariŽs engagŽs sous contrat ˆ durŽe dŽterminŽe dit dÕusage

Article X.2 - Jours fŽriŽs

Article X.4 - CongŽ pour Žvnements familiaux

Article X.5 - CongŽs maternitŽ, paternitŽ et adoption

Article X.6 - CongŽs complŽmentaires sans solde

 

Titre XI - Maladie

Article XI.1 - Dispositions GŽnŽrales

Article XI.2 - Maladie et accident non professionnels

Article XI.3 - Accident du travail et maladie professionnelle

Article XI.4 - IndemnitŽs complŽmentaires pour accident du travail ou maladie professionnelle.

Article XI.5 - Inaptitude du salariŽ pour maladie ou accident

Article XI.6 - Principe

Article XI.7 - Visite mŽdicale d'embauche

Article XI.8 - Visite mŽdicale pŽriodique

Article XI.9 - Visite de reprise

 

Titre XII - PrŽvoyance

Article XII.1 - Objet

Article XII.2 - SalariŽs bŽnŽficiaires

Article XII.3 - Caractre obligatoire de lÕadhŽsion des salariŽs

Article XII.4 - Mutualisation du risque

XII.4.1 - AdhŽsion obligatoire des entreprises

XII.4.2 - DŽsignation de lÕorganisme assureur

Article XII.5 - Prestations

XII.5.1 - Base de calcul

XII.5.2 - BŽnŽficiaires et enfants ˆ charge

XII.5.3 - DŽcs

XII.5.3.1-  Capital en cas de dŽcs toutes causes

XII.5.3.2 - Capital en cas de dŽcs accidentel

XII.5.3.3 - Choix de lÕoption

XII.5.3.4 - DŽcs du conjoint survivant (double effet)

XII.5.3.5 - Frais dÕObsques

XII.5.4 - InvaliditŽ permanente totale

XII.5.5 - IncapacitŽ Temporaire de Travail

XI.5.5.1 - Franchise

XII.5.5.2 - DurŽe

XII.5.6 - InvaliditŽ et incapacitŽ permanente

XII.5.7 - Exclusions et limitations de garanties

Article XII. 6  - Cotisations

XII.6.1 - Assiette des cotisations

XII.6.2 - Taux des cotisations

XII.6.3 - RŽpartition des cotisations

XII. 6.3.1 - DŽcs

XII. 6.3.2 - IncapacitŽ/invaliditŽ

Article XII 7 - Information

Article XII 8 - ComitŽ paritaire de gestion

Article XII 9 - Changement dÕorganisme assureur

 

Titre XIII - Assurance ComplŽmentaire SantŽ

Titre XIV - Formation

Article XIV-1 - DŽsignation de lÕOPCA et de lÕOPACIF agrŽŽs

Article XIV-2 - Demandes de formation Žmanant directement des salariŽs (sous CDI, sous CDD) : congŽ individuel de formation, congŽ bilan de compŽtences, congŽ pour action de validation des acquis de lÕexpŽrience

Article XIV-3 - Formation des salariŽs Intermittents du spectacle

Article XIV-4 - Formation des salariŽs sous contrat ˆ durŽe indŽterminŽe et assimilŽs (droit individuel ˆ la formation, pŽriode de professionnalisation, plan de formation, embauche sous contrat de professionnalisation)

Article XIV-5 - Gestion de lÕemploi et de la formation

 

Titre XV- SantŽ et SŽcuritŽ au travail                                               

Article XV.1 - Devoir d'information

Article XV.2 - Mesures de sŽcuritŽ

Article XV.3 - Droit de retrait

Article XV.4 - Commission paritaire nationale de prŽvention, d'hygine, de sŽcuritŽ et de veille sanitaire.

Article XV.5 - CHSCTE (ComitŽ d'Hygine et de SŽcuritŽ aux Conditions de Travail et ˆ l'Environnement)

 

Titre XVI - DurŽe, RŽvision, DŽnonciation, AdhŽsion, Commission de suivi et d'interprŽtation

Article XVI.1 - DurŽe et renouvellement

Article XVI.2 - RŽvision

Article XVI.3 - AdhŽsion

Article XVI.4 - DŽnonciation

Article XVI.5 - Commission de nŽgociation de la convention collective 

Article XVI.6 - Commission d'arbitrage

Article XVI.7 - Commission nationale dÕinterprŽtation, de conciliation et de validation des accords

Article XVI.8 - Composition et fonctionnement

Article XVI.9 - R™le dÕinterprŽtation

Article XVI.10 - R™les de conciliation

Article XVI.11 - R™les de validation des accords

Article XVI.12 - Rglement intŽrieur 

Article XVI.13 - Participation des salariŽs mandatŽs aux commissions conventionnelles

 

Titre XVII - NŽgociations annuelles

Article XVII.1 - NŽgociations annuelles de branche et de secteurs d'activitŽ 

Article XVII.2 - NŽgociations annuelles dÕentreprises 

 

Titre XVIII - Captations

 

 

 

Annexes

 

- Annexe 1 : Exploitants de lieux, producteurs ou diffuseurs de spectacles dramatiques, lyriques, chorŽgraphiques et de musique classique,

 

- Annexe 2 : Exploitants de lieux, producteurs ou diffuseurs de spectacles de chanson, variŽtŽs, jazz, musiques actuelles,

 

- Annexe 3 : Exploitants de lieux, producteurs ou diffuseurs de spectacles de cabarets,

 

- Annexe 4 :Producteurs ou diffuseurs de spectacles en tournŽe (spectacles dramatiques, lyriques, chorŽgraphiques, de musique classique, chanson, variŽtŽ, jazz, musiques actuelles, ˆ lÕexception des cirques et des bals), et clauses gŽnŽrales de la Convention collective visant les dŽplacements,

 

- Annexe 5 : Producteurs ou diffuseurs de spectacles de cirque,

 

- Annexe 6 - Producteurs, diffuseurs, organisateurs occasionnels (y compris les particuliers) de spectacles de bals avec ou sans orchestre

 

 

 

 

 

- Document de rŽfŽrence A : Accord interbranche du 22 mars 2005 portant dŽfinition du secteur privŽ et du secteur public dans le spectacle vivant.

 

- Document de rŽfŽrence B : Accord interbranche du 24 juin 2008 portant dŽfinition de la politique contractuelle dans le spectacle vivant public et privŽ.

 


 

PREAMBULE

 

La prŽsente convention collective unique a pour but de dŽfinir les rapports entre les employeurs et les salariŽs au sein des entreprises de spectacle vivant du secteur privŽ, ˆ partir notamment du recoupement des conventions et annexes applicables auxquelles elle se substitue:

 

á       Convention Collective Nationale Žtendue des ThŽ‰tres PrivŽs ;

á       Convention Collective Nationale Žtendue rŽgissant les rapports entre les entrepreneurs de spectacles et les artistes dramatiques, lyriques, marionnettistes, de variŽtŽs et musiciens en tournŽe ; 

á       Convention Collective Nationale non Žtendue Chanson/variŽtŽs/jazz/musiques actuelles.

Un spectacle vivant consiste en la reprŽsentation dÕune Ïuvre de lÕesprit par au moins un artiste du spectacle devant un public. Le spectacle vivant est caractŽrisŽ par le caractre unique de chaque reprŽsentation, unique par les deux critres fondamentaux que sont le lieu et le temps de chaque reprŽsentation.

L'activitŽ du spectacle vivant est notamment rŽglementŽe par la loi n¡ 99.198 du 18 mars 1999 portant modification de lÕordonnance du 13 octobre 1945 relative aux spectacles. Elle est caractŽrisŽe par l'existence de deux branches que les partenaires sociaux se sont attachŽs ˆ dŽlimiter dans un accord interbranche Žtendu, portant dŽfinition du secteur privŽ et du secteur public. (Document de rŽfŽrence A).

Une branche hŽtŽrogne et une forte variabilitŽ des missions confiŽes aux salariŽs :

La branche du spectacle vivant privŽ est caractŽrisŽe par une extrme hŽtŽrogŽnŽitŽ des disciplines artistiques, des modes de production et des modes d'exploitation des spectacles. Cette hŽtŽrogŽnŽitŽ impose une adaptation des conditions d'organisation de la branche ˆ la pluridisciplinaritŽ ou ˆ l'interdisciplinaritŽ et ˆ la poly-compŽtence.

Une des caractŽristiques notables de la branche est aussi le nombre extrmement majoritaire (avoisinant, au moment de la prŽsente nŽgociation, le chiffre de 95%) de petites, trs petites et micros entreprises, la trs grande majoritŽ n'employant pas de personnel permanent.

La branche du spectacle vivant du secteur privŽ, contrairement ˆ celle du spectacle vivant du secteur public est caractŽrisŽe par son indŽpendance ˆ lՎgard des pouvoirs publics dans son fonctionnement notamment sur le plan Žconomique.

Ë ces conditions Žconomiques de financement, s'ajoutent des conditions Žconomiques d'exploitation, Žtroitement liŽes ˆ la jauge des lieux dŽfinissant un budget d'Žquilibre,  qui s'imposent aux employeurs. Ces conditions objectives ont pour consŽquence immŽdiate que les salariŽs ne se trouvent pas dans une situation identique en fonction du lieu dans lequel ils sont amenŽs ˆ exercer la mission qui leur est confiŽe.

De mme le mode de diffusion du spectacle, (en tournŽe ou hors tournŽe) a pour consŽquence immŽdiate que les salariŽs ne se trouvent pas dans une situation identique en fonction du mode de diffusion dans lequel ils sont amenŽs ˆ exercer la mission qui leur est confiŽe.

Chaque spectacle est un prototype, et il est organisŽ en fonction des caractŽristiques artistiques et techniques propres tant ˆ ce spectacle lui-mme qu'ˆ la discipline artistique ˆ laquelle il fait appel et/ou ˆ son mode d'exploitation ou de diffusion. Cette situation confre ˆ lÕactivitŽ, pour les employeurs comme pour les salariŽs, un caractre particulirement alŽatoire et variable.

Ces conditions objectives, liŽes au caractre de prototype de chaque spectacle ont pour consŽquence immŽdiate que les salariŽs ne se trouvent pas dans une situation identique en fonction du spectacle dans lequel ils sont amenŽs ˆ exercer la mission qui leur est confiŽe.

De ce fait, les conditions d'exercice de la mission qui est confiŽe aux salariŽs peuvent donc varier considŽrablement.

Une nŽcessaire rŽgulation de l'activitŽ de la branche :

Les partenaires sociaux ont souhaitŽ prendre en compte tous ces critres objectifs afin de rŽguler l'activitŽ de la branche en couvrant la totalitŽ de ses entreprises dans des conditions adaptŽes ˆ leur activitŽ et tout en clarifiant leur situation pour ne pas crŽer de distorsion de concurrence entre elles.

Les partenaires sociaux ont donc cherchŽ ˆ encadrer cette extrme variabilitŽ en prŽvoyant les circonstances dans lesquelles tous ces critres pourront tre adaptŽs et en dŽfinissant des secteurs d'activitŽ prenant en compte les usages et ces disparitŽs, en fonction du caractre de prototype de chaque spectacle (et notamment de sa discipline artistique), du mode d'exploitation de chaque spectacle et de la taille du lieu dans lequel il est prŽsentŽ.

C'est pourquoi, si la prŽsente convention collective a vocation ˆ traiter, pour toutes les catŽgories professionnelles intŽressŽes, de l'ensemble des matires visŽes ˆ l'article L 2221-1 du Code du travail, les signataires sont convenus de conclure, par ailleurs, des annexes par secteurs d'activitŽ, afin de traiter des sujets dŽterminŽs dans cet ensemble.


Titre I

Champ de la convention collective nationale des entreprises du secteur privŽ du spectacle vivant

 

Article 1 - Champ d'application territorial et professionnel

La prŽsente convention et ses annexes rglent sur le territoire national (France MŽtropolitaine et DOM) les rapports, les conditions de travail et de salaire, ainsi que les questions qui en dŽcoulent, entre :

á       dÕune part, le personnel artistique, technique, administratif, commercial et dÕaccueil,

á       et dÕautre part les personnes physiques et morales du secteur privŽ ˆ vocation artistique et culturelle dont l'activitŽ principale est le spectacle vivant, qui crŽent, accueillentá, produisent, prŽsentent en tournŽes ou diffusent des spectacles vivants.

 

On entend par spectacle vivant la reprŽsentation en public dÕune Ïuvre de lÕesprit prŽsentŽe par un artiste au moins, en prŽsence dÕun public.

Sont ainsi visŽs notamment les entrepreneurs de spectacles vivants du secteur privŽ titulaires dÕune ou plusieurs des licences visŽes ˆ lÕarticle 2 de la loi n¡ 99.198 du 18 mars 1999 portant modification de lÕordonnance du 13 octobre 1945 relative aux spectacles, dont l'activitŽ principale est une activitŽ:

¤  dÕexploitants de lieux de spectacles vivants amŽnagŽs pour les reprŽsentations publiques ;

¤  et/ou de producteurs de spectacles vivants ou dÕentrepreneurs de tournŽes;

¤  et/ou de diffuseurs de spectacles vivants telle que dŽfinies par la loi susvisŽe.

 

Cette Convention collective unique du spectacle vivant privŽ sÕappuie sur le champ dŽfini dans lÕaccord Žtendu du 22 mars 2005 (Document de rŽfŽrence A) qui dŽlimite un secteur privŽ et un secteur public dans le spectacle vivant.

Il est rappelŽ que les entreprises du secteur privŽ sont des entreprises ou des associations de droit privŽ, indŽpendantes des pouvoirs publics (Etat et/ou collectivitŽs territoriales) en matire dÕorientations artistiques, pŽdagogiques, sociales (actions vis-ˆ-vis de publics ciblŽs) territoriales ou culturelles.

Il est rappelŽ quÕaux termes des dispositions actuelles de lÕaccord interbranche du 22 mars 2005, les entreprises peuvent bŽnŽficier de conventions pluriannuelles de financement de la part de lÕEtat et/ou des collectivitŽs territoriales, sachant que les entreprises ou les associations bŽnŽficiaires de ces conventions pluriannuelles restent globalement indŽpendantes des pouvoirs publics dans leur fonctionnement, que ce soit sur le plan Žconomique ou en matire dÕorientations artistiques, pŽdagogiques, sociales, territoriales ou culturelles.

Le champ d'application du secteur public est dŽfini dans l'accord interbranche en Document de rŽfŽrence A.

 

Titre II

VariabilitŽ des conditions dÕemploi – Secteurs dÕactivitŽ – Annexes

 

Article II.1 - VariabilitŽ des conditions d'emploi selon les modes de diffusion et d'exploitation des spectacles

Pour les raisons exposŽes au prŽambule, les partenaires sociaux constatent que les conditions d'organisation du travail qui s'imposent, tant aux entreprises qu'ˆ leurs salariŽs, ne sont pas homognes.

Elles varient en fonction du mode d'exploitation et de diffusion du spectacle, qui induit une organisation du travail adaptŽe notamment au fait qu'un spectacle est prŽsentŽ pendant une pŽriode variable, tous les soirs dans le mme lieu, ou qu'il est jouŽ dans des lieux successifs avec montage et dŽmontage du dŽcor et adaptation du spectacle au changement de l'espace, tant du lieu scŽnique que du lieu d'accueil lui-mme.

Le champ d'application de la convention collective devant tenir compte notamment des conditions Žconomiques d'exploitation et de diffusion, l'organisation du travail doit donc s'opŽrer (les conditions de travail Žtant objectivement diffŽrentes dans les deux situations) d'une manire diffŽrente selon que l'activitŽ s'exerce ou non en tournŽe.

Les entreprises de la branche ne se trouvent donc pas dans une situation identique en fonction du mode de diffusion et d'exploitation du spectacle dans laquelle leurs salariŽs sont amenŽs ˆ exercer la mission qui leur est confiŽe.

Article II.2 - VariabilitŽ des conditions d'emploi selon les disciplines artistiques

Pour les raisons exposŽes au prŽambule, les partenaires sociaux constatent que lÕactivitŽ de prototype qu'est la crŽation d'un spectacle faisant appel ˆ des disciplines artistiques multiples, la pluridisciplinaritŽ des crŽations, et l'interdisciplinaritŽ des entreprises gŽnrent une hŽtŽrogŽnŽitŽ et une diversitŽ de l'exercice des missions confiŽes aux salariŽs, rendant les modes d'exercice de la profession trs variables.

Les entreprises de la branche ne se trouvent donc pas dans une situation identique en fonction de la discipline artistique du spectacle dans lequel leurs salariŽs sont amenŽs ˆ exercer la mission qui leur est confiŽe.

Article II.3 – VariabilitŽ des conditions d'emploi selon les jauges des lieux

Pour les raisons exposŽes au prŽambule, les partenaires sociaux constatent que les conditions Žconomiques qui s'imposent, tant aux entreprises qu'ˆ leurs salariŽs, ne sont pas homognes en fonction de la jauge (nombre de places de la salle ou du lieu dans laquelle elles exploitent leur spectacle) qui induit une recette maximale. Les entreprises de la branche ne se trouvent donc pas dans une situation identique en fonction de la taille du lieu de spectacle dans laquelle leurs salariŽs sont amenŽs ˆ exercer la mission qui leur est confiŽe.

Article II.4 -  Secteurs d'activitŽ  - Annexes

Les partenaires sociaux ont cherchŽ ˆ encadrer cette extrme variabilitŽ en prŽvoyant les circonstances dans lesquelles tous ces critres pourront tre adaptŽs, en dŽfinissant des secteurs d'activitŽ prenant en compte les usages  et ces disparitŽs, en fonction de la discipline artistique, du caractre de prototype de chaque spectacle, du mode de diffusion du spectacle et de la taille du lieu dans lequel il est prŽsentŽ.

C'est pourquoi, si la prŽsente convention collective a vocation ˆ traiter de l'ensemble des matires visŽes ˆ l'article L. 2221-1 du Code du travail, pour toutes les catŽgories professionnelles intŽressŽes, les signataires sont convenus de conclure par ailleurs des annexes, par secteurs d'activitŽ, dŽfinis ci-aprs, afin de traiter des sujets dŽterminŽs dans cet ensemble.

Au sein du domaine du spectacle vivant privŽ, il arrive que des entreprises dont lÕactivitŽ principale relve dÕun  secteur d'activitŽ particulier soient amenŽes ˆ intervenir dans un secteur d'activitŽ voisin. Les partenaires sociaux signataires des prŽsentes, attachŽs ˆ crŽer des conditions homognes de production, de diffusion ou d'exploitation ont souhaitŽ prŽvoir, au sein de chaque annexe, des clauses permettant aux entreprises dÕappliquer, notamment pour les salariŽs employŽs sous contrat ˆ durŽe dŽterminŽe dÕusage, le cadre conventionnel spŽcifique au secteur d'activitŽ concernŽ.

Article II.5 : NŽgociation des annexes

Ds lors quÕune renŽgociation de clauses communes ˆ diffŽrentes annexes est organisŽe, elle doit rŽunir lÕensemble des organisations professionnelles concernŽes.

Article II.6: Champ d'application des annexes par secteurs d'activitŽ

DŽtail du champ d'application des annexes

                                               

Annexe 1 - Exploitants de lieux, producteurs ou diffuseurs de spectacles dramatiques, lyriques, chorŽgraphiques et de musique classique

On entend par spectacles dramatiques, lyriques, chorŽgraphiques et de musique classique, notamment les spectacles :

¯  de thŽ‰tre ;

¯  d'opŽra ;

¯  de danse ;

¯  de marionnettes ;

¯  les concerts de musique classique (musique classique, romantique, baroque, contemporaineÉ)

¯  de thŽ‰tre musical, les comŽdies musicales et opŽrettes traditionnelles ;

¯  les mimodrames ;

¯  les "one man shows" et spectacles dÕhumour comportant une continuitŽ de composition dramatique autour d'un thme central ;

¯  les spectacles dÕillusionnistes et les spectacles visuels ;

¯  les spectacles de danses traditionnelles, folkloriques ou toutes danses non intŽgrŽes dans un spectacle de chanson / variŽtŽs/jazz/musiques actuelles et populaires.

 

Annexe 2 - Exploitants de lieux, producteurs ou diffuseurs de spectacles de chanson, variŽtŽs, jazz, musiques actuelles

On entend par spectacles de chanson, variŽtŽs, jazz, musiques actuelles, notamment les spectacles :

 

¯  de chanson ;

¯  de variŽtŽs ;

¯  les comŽdies musicales ;

¯  de jazz, de blues et de musiques improvisŽes ;

¯  de musiques traditionnelles et de musiques du monde ;

¯  de musiques amplifiŽes ;

¯  les "one man shows" et spectacles dÕhumour ;

¯  les danses traditionnelles, folkloriques ou toutes chorŽgraphies intŽgrŽes dans un spectacle de chanson, variŽtŽs, jazz/musiques actuelles ;

¯  les spectacles sur glace, les spectacles aquatiques ;

¯  les spectacles dÕillusionnistes et les spectacles visuels ;

¯  les spectacles de cabarets sans revues.

 

Annexe 3 - Exploitants de lieux, producteurs ou diffuseurs de spectacles de cabarets

Un cabaret est un lieu o il est d'usage de consommer avant, pendant ou aprs le spectacle. Ces Žtablissements sont des exploitants de lieux, titulaires de la licence 1, et souvent de la licence 2 (producteurs de spectacles) et/ou la licence 3 (diffuseurs de spectacles).

Le cabaret a une activitŽ de spectacle vivant associŽe ˆ une activitŽ de bar et/ou restauration.

Le personnel a souvent une poly compŽtence (artiste et serveur). Ainsi, dans les cabarets de transformistes, les guinguettes,É la poly compŽtence est un ŽlŽment de base du spectacle et de l'organisation. 

La prŽsente annexe vise les exploitants de cabarets, producteurs ou diffuseurs dÕun spectacle de cabarets hors tournŽe.

 

Annexe 4 - Producteurs ou diffuseurs de spectacles en tournŽe et clauses gŽnŽrales de la convention collective visant les dŽplacements

Cette annexe sÕapplique ˆ tous les spectacles en tournŽe, sauf dispositions spŽcifiques validŽes dans le champ des autres annexes.

La prŽsente annexe vise les entreprises de spectacle qui crŽent, produisent, ou diffusent des spectacles en tournŽe, dans des lieux de spectacle Žtablis en France ou ˆ l'Žtranger.

On entend par ÒtournŽeÓ les dŽplacements effectuŽs par des artistes, des personnels techniciens et administratifs dans un but de reprŽsentation publique donnŽe par tout entrepreneur, produisant ou diffusant un ou plusieurs spectacles, en France, dans les dŽpartements dÕoutre-mer et ˆ lՎtranger, quels que soient la durŽe du sŽjour et le lieu de reprŽsentation, ds lors qu'ils concernent un artiste au minimum.

 

Les spectacles sont considŽrŽs en tournŽe ds lors que les dŽplacements sont effectuŽs dans un but de reprŽsentations publiques isolŽes et/ou successives donnŽes dans des lieux de spectacle diffŽrents par un entrepreneur de spectacles, crŽant, produisant ou diffusant le spectacle et qui contraignent les salariŽs ˆ sŽjourner en dehors de leur domicile.

 

 

MODALITES D'APPLICATION DES ANNEXES 1 ˆ 5

 

 

DEFINITION PAR SECTEUR DÕACTIVITE EN TOURNEES ET HORS TOURNEES

 

 

Conditions dÕapplication entre les annexes 1 et 4

LÕexploitation Ç hors tournŽe È sÕentend comme une exploitation ne nŽcessitant pas un dŽplacement collectif, en vue dÕeffectuer en un mme lieu des reprŽsentations publiques successives et ŽchelonnŽes dans le temps, nonobstant des pŽriodes de repos et dÕinactivitŽ. LorsquÕun spectacle produit et diffusŽ dans le cadre dÕune tournŽe est exploitŽ dans un mme lieu pour une pŽriode de plus de 25 jours, il est alors rŽputŽ tre exploitŽ en Ç hors tournŽes È.

 

Lorsqu'un spectacle, produit et diffusŽ dans le cadre d'une tournŽe, est exploitŽ dans un mme lieu et pour une pŽriode de moins de 25 jours, il est rŽputŽ tre exploitŽ en tournŽe.

 

Conditions dÕapplication entre les annexes 2 et 4

Les producteurs ou diffuseurs de spectacles de chanson/variŽtŽ/jazz/musiques actuelles prŽsentŽs en tournŽe appliquent des clauses identiques qui figurent dans les annexes 2 et 4.

 

Conditions dÕapplication entre les annexes 3 et 4

LorsquÕun exploitant de lieu, producteur ou diffuseur d'un spectacle de cabaret habituellement exploitŽ dans un lieu fixe, diffuse un spectacle de cabaret de manire successive dans au moins 3 autres lieux autres et pour une pŽriode supŽrieure ˆ 15 jours, il sera fait application de l'annexe 4.

 

Pour les galas ponctuels de cabarets prŽsentŽs en tournŽe, organisŽs par un exploitant de lieu sur une pŽriode infŽrieure ˆ 15 jours, et portant uniquement sur une partie du spectacle, il sera fait application de l'annexe 3.

 

Conditions dÕapplication entre les annexes 4 et 5

Les producteurs ou diffuseurs de spectacles de cirque appliquent les dispositions du titre IX pour leurs voyages et dŽplacements.

 

Annexe 5 - Producteurs ou diffuseurs de spectacles de cirque

Un spectacle de cirque est un spectacle vivant constituŽ par une succession de numŽros ou prouesses faisant appel ˆ lÕune ou plusieurs des disciplines suivantes :

¯  acrobatie

¯  manipulation dÕobjet

¯  Žquilibre

¯  acrobatie aŽrienne

¯  art clownesque et art burlesque

¯  illusionnistes

¯  travail et prŽsentation avec les animaux.

 

Ce spectacle fait le plus souvent lÕobjet dÕune dramaturgie intŽgrant toute ou partie des disciplines prŽcitŽes ˆ titre principal, tout comme, Žventuellement et, dÕautres disciplines du spectacle vivant : chant, danse, musique, art dramatique.

 

Ces spectacles sont souvent des spectacles itinŽrants produits sous chapiteau pour lequel tout ou partie du personnel est logŽ en structure mobile.

Annexe 6 - Producteurs, diffuseurs, organisateurs occasionnels (y compris les particuliers) de spectacles de bals avec ou sans orchestre

 

Par bal, il faut entendre une manifestation culturelle o des artistes interprtes exerant au sein dÕune mme formation musicale interprtent notamment des musiques ˆ danser, dÕanimation ou dÕambiance, sans distinction de genre dans un espace, permanent ou temporaire, public ou privŽ, fixe ou dŽmontable, couvert ou en plein air, rŽservŽ ˆ cet effet. Sont notamment visŽs : les bals publics ou privŽs, les bals de mariage, dÕanniversaire ou de fte de famille, les soirŽes

dansantes, les bals traditionnels (bals folk, festnozÉ), les thŽs dansants, etc.

Les dispositions de cette annexe sÕappliquent Žgalement ˆ toute reprŽsentation dÕune Ïuvre de lÕesprit interprŽtŽe par un ou des artistes interprtes de la musique ou dÕautres disciplines, rŽmunŽrŽs ˆ cet effet, organisŽs et produits dans le cadre de cette manifestation.

NÕentrent pas dans le champ de lÕannexe les personnes exploitant une sonorisation musicale mobile rŽalisŽe par la diffusion de phonogramme.

 

CRITERE

 

Les employeurs appliquent ˆ leurs personnels permanents les dispositions de lÕannexe en fonction du secteur dÕactivitŽ correspondant ˆ la programmation principale de leur entreprise.

 

En cas de multi activitŽ, les critres de dŽtermination de la programmation principale sont le nombre de reprŽsentations effectuŽes au cours des deux annŽes prŽcŽdentes, ou pour les entreprises nouvelles de lÕactivitŽ au moment de sa crŽation.

 

 

Article II.7 : Commission d'interprŽtation

En cas de difficultŽs d'application ou d'interprŽtation du champ d'application d'une annexe dŽfini ci-dessus, il sera fait appel aux procŽdures d'arbitrage et d'interprŽtation instaurŽe au titre XVI de la prŽsente convention collective.

 

Titre III

LibertŽ civique et ŽgalitŽ – Non-discrimination

 

Article III.1 - LibertŽ d'opinion et libertŽ syndicale

Les employeurs et les organisations syndicales signataires de la prŽsente convention reconnaissent ˆ chacun une totale libertŽ d'opinion dans les limites autorisŽes par la loi, et en particulier le droit pour quiconque d'adhŽrer ou non au syndicat de son choix. Elles reconnaissent le droit pour tous de s'associer et d'agir librement pour la dŽfense collective de leurs intŽrts professionnels.

Article III.2 -  ƒgalitŽ /Non-discrimination

L'ŽgalitŽ professionnelle entre les salariŽs hommes et femmes est un principe intangible qui doit tre pratiquŽ dans les faits par les entreprises du spectacle vivant privŽ.

Ces entreprises s'interdisent notamment toute discrimination ˆ l'embauche et toute disparitŽ de rŽmunŽration quelles que soient les fonctions exercŽes par les salariŽs masculins ou fŽminins. En particulier, tout employeur est tenu d'assurer, pour un mme travail ou un travail de valeur Žgale, l'ŽgalitŽ de rŽmunŽration entre les hommes et les femmes, et ce conformŽment aux dispositions aux articles L. 3221-2, L. 3221-3, L. 3221-4, L. 3221-5 du Code du travail.

Les signataires conviennent nŽanmoins que la notoriŽtŽ pourra tre un ŽlŽment susceptible dՐtre pris en considŽration dans la dŽtermination de la rŽmunŽration dans le respect des principes dՎgalitŽ entre les femmes et les hommes.

Sous rŽserve pour les artistes des impŽratifs inhŽrents ˆ la distribution des r™les, ce principe de non-discrimination implique, en particulier dans la rŽdaction des offres d'emploi et des contrats de travail, que la dŽnomination des emplois mentionne autant que possible les deux genres, ou que soit ajoutŽe une mention indiquant que l'emploi est accessible aux deux sexes. On indiquera, par exemple Habilleur (se), Administrateur (trice), RŽgisseur (se).

II en va de mme pour s'interdire toute discrimination, disparitŽ ou inŽgalitŽ, qui serait fondŽe sur un quelconque critre, tel que l'origine ethnique ou nationale, les caractŽristiques gŽnŽtiques, la religion ou les convictions personnelles, les activitŽs syndicales ou mutualistes, la situation de famille, lՎtat de grossesse, les mÏurs ou l'orientation sexuelle, ou les opinions politiques ou philosophiques du salariŽ, pour arrter leur dŽcision en ce qui concerne l'embauche, le salaire, l'avancement, la formation professionnelle, l'organisation du travail et les mesures disciplinaires ou de licenciement.

Les salariŽs travaillant ˆ temps partiel, sous contrat ˆ durŽe dŽterminŽe d'usage ou de droit commun bŽnŽficient des droits reconnus aux salariŽs sous contrat ˆ durŽe indŽterminŽe, sous rŽserve des particularitŽs propres ˆ ces diffŽrents contrats, des dispositions explicites de la prŽsente convention collective, ou d'accords Žtendus qui leur sont applicables.

Les conditions d'emploi et de travail des travailleurs handicapŽs doivent tre conformes aux dispositions lŽgales et rŽglementaires en vigueur, et respecter les prescriptions de la mŽdecine du travail. Aucun salariŽ ne peut faire l'objet de discrimination en raison de son Žtat de santŽ ou de son handicap.

Les dispositions de la prŽsente convention collective s'appliquent, dans le respect des lois en vigueur, de manire Žgale entre les salariŽs franais et les salariŽs Žtrangers.

Les organisations signataires conviennent d'examiner en tant que de besoin l'application des principes du prŽsent titre dans le cadre de la commission de suivi et d'interprŽtation instaurŽe au titre XIV de la prŽsente convention collective.  Ils s'engagent ˆ ouvrir des nŽgociations sur ces questions si des inŽgalitŽs significatives Žtaient constatŽes dans la branche du spectacle vivant privŽ.

 

Titre IV

ReprŽsentation des salariŽs – Droit syndical - Dialogue social

Article IV.1 - ReprŽsentation des salariŽs dans l'entreprise

La branche du spectacle vivant privŽ est caractŽrisŽe par :

- le grand nombre de petites entreprises, dont les effectifs calculŽs conformŽment aux dispositions des articles L. 1111-2, et L. 1251-54 du Code du travail nÕatteignent que rarement le seuil lŽgal de mise en place dÕinstitutions reprŽsentatives du personnel ;

- l'organisation du travail et notamment le recours aux personnels engagŽs sous contrat ˆ durŽe dŽterminŽe d'usage, qui induit une trs grande variation de l'effectif de ces entreprises, ds lors qu'il est calculŽ selon des pŽriodicitŽs infŽrieures au mois (journŽe, semaine).

Conscientes de ces ŽlŽments, et favorables ˆ une reprŽsentation des salariŽs au sein des entreprises afin de favoriser le dialogue social, les parties aux prŽsentes ont recherchŽ les moyens d'instaurer une reprŽsentation des salariŽs, en favorisant leur expression et en renforant le r™le de la branche, notamment lorsque n'existe pas au sein d'une entreprise donnŽe des reprŽsentants Žlus ou dŽsignŽs du personnel.

Article IV.2 - DŽlŽguŽs du personnel 

Dans les entreprises de moins de onze salariŽs, les employeurs qui le souhaitent peuvent mettre en place des Žlections du personnel dans les mmes conditions que dans les entreprises de onze salariŽs ou plus.

Article IV.3 - Conseillers Conventionnels des salariŽs  

Les parties rappellent que l'Žcrasante majoritŽ des entreprises entrant dans le champ dÕapplication de la prŽsente convention comprennent un effectif infŽrieur au seuil lŽgal de dŽclenchement des Žlections des dŽlŽguŽs du personnel.

Conscients de cette situation et favorables ˆ un dŽveloppement du dialogue social, les partenaires sociaux ont recherchŽ les moyens d'instaurer une reprŽsentation des salariŽs, en favorisant leur expression, lorsque n'existe pas au sein d'une entreprise donnŽe des reprŽsentants Žlus ou dŽsignŽs du personnel, en renforant le r™le de la branche.

A dŽfaut de reprŽsentations telles que dŽfinies ci-dessus, des Conseillers Conventionnels des SalariŽs seront Žlus, afin que puisse exister dans les entreprises une structure de dialogue social.

 

 

Dans les entreprises dont lÕeffectif est infŽrieur ˆ onze salariŽs :

Les salariŽs ou lÕemployeur pourront choisir de faire appel ˆ un ou des Conseillers Conventionnels des SalariŽs, missionnŽs par la prŽsente Convention Collective.

Dans les entreprises dont lÕeffectif est supŽrieur ˆ dix salariŽs :

En cas de procs verbal de carence, avec accord conjoint dÕune majoritŽ des salariŽs et de lÕemployeur, il pourra tre fait appel ˆ un ou des Conseillers Conventionnels des SalariŽs missionnŽs par la prŽsente Convention collective.

Il est possible pour le ou les salariŽs de faire appel ˆ l'organisation syndicale reprŽsentative de plein droit au plan national et ayant apportŽ la preuve de sa reprŽsentativitŽ dans la branche du spectacle vivant privŽ, de son choix, aux fins de nommer un Conseiller Conventionnel des SalariŽs.

De mme, il est possible pour l'employeur de faire appel ˆ un mŽdiateur dŽsignŽ par les organisations d'employeurs signataires de la prŽsente convention.

Ces Conseillers Conventionnels des SalariŽs auront toute facilitŽ pour intervenir au sein des entreprises dans le cadre des missions dŽfinies ci-aprs.

 

Article IV.4 - Missions des Conseillers Conventionnels des SalariŽs

 

ApprŽciant la pertinence de la problŽmatique posŽe, le(s) Conseiller(s) Conventionnel(s) des SalariŽs tente(nt) de rŽgler au niveau de lÕentreprise les conflits qui auraient pu na”tre dans le cadre de  rŽclamations collectives relatives dÕune manire gŽnŽrale ˆ lÕapplication du Code du Travail et de la prŽsente Convention. Si le(s) Conseiller(s) Conventionnel(s) des SalariŽs et l'employeur aboutissent ˆ un accord, celui-ci est soumis par referendum aux salariŽs dans les conditions posŽes par le Code du travail.

Le Conseiller Conventionnel des SalariŽs peut Žgalement tre amenŽ ˆ accompagner les parties, dans le cadre de diffŽrends entre le salariŽ et l'employeur. Toutefois, dans le cadre de la procŽdure de licenciement, il ne pourra tre fait appel au Conseiller Conventionnel des SalariŽs qu'avec l'accord du salariŽ et lorsque le salariŽ nÕaura pas souhaitŽ faire usage de son droit dՐtre accompagnŽ par un salariŽ de lÕentreprise ou par un conseiller du salariŽ, au sens de lÕarticle L. 1232-4 du Code du travail. Le(s) Conseiller(s) Conventionnel(s) des SalariŽs peuvent Žgalement tre saisis pour des missions d'arbitrage dans les conditions fixŽes au XVI.6.

Article IV.5 -  Elections des Conseiller Conventionnel des SalariŽs

 

Les Conseillers Conventionnels des SalariŽs (CCS) sont au nombre de 28.

 

Ces Conseillers Conventionnels des SalariŽs seront Žlus pour quatre ans [MSOffice1] sur liste des syndicats reprŽsentatifs par un scrutin ˆ un tour.

Durant la pŽriode de transition entre lÕextension de la prŽsente convention et les premires Žlections de branche, les organisations syndicales reprŽsentatives dŽsigneront leurs Conseillers Conventionnels des salariŽs, au prorata de leur rŽsultat aux Žlections 2009 de lÕIRPS (Sections Artistes et Spectacle Vivant).

 

En cas de dŽmission ou de dŽpart de la branche, le Conseiller Conventionnel des SalariŽs sera remplacŽ. Son remplaant sera dŽsignŽ par lÕorganisation syndicale qui avait prŽsentŽ la liste sur laquelle il avait ŽtŽ Žlu.

 

Article IV.6 - PublicitŽ et information

Les noms et les coordonnŽes des Conseillers Conventionnels des SalariŽs Žlus, ou dŽsignŽs pour la pŽriode transitoire sont affichŽs au sige des entreprises auprs desquelles ils exercent leur mandat. Dans les entreprises o ils sont compŽtents, la liste est affichŽe et tenue par lÕemployeur ˆ la disposition de tout salariŽ. Du fait de la dispersion des lieux de travail et lorsque lÕemployeur ne peut assurer lÕaffichage, celui-ci est tenu de remettre ou dÕadresser ces listes aux salariŽs par tout moyen ˆ sa convenance.

 

Article IV.7 - Saisine des Conseillers Conventionnels des SalariŽs

Les salariŽs ou la catŽgorie de salariŽs telle que dŽfinie en VI.3, concernŽs souhaitant lÕorganisation dÕune mŽdiation, sÕadresseront au Conseiller Conventionnel des SalariŽs de lÕorganisation quÕils auront choisie (si possible de la rŽgion o se situe le sige de son (leur) entreprise ou de la rŽgion o sÕeffectue lÕactivitŽ salariŽe), ˆ condition quÕils reprŽsentent 50% de lÕeffectif des salariŽs concernŽs.

 

Article IV.8 - Rapport annuel de mŽdiations des Conseillers Conventionnels des SalariŽs

Le collge des Conseillers Conventionnels des SalariŽs (CCS) est rŽuni au moins une fois par an en tout Žtat de cause dans le mois qui prŽcde la premire rŽunion de NŽgociation Annuelle Obligatoire sur les salaires.

Article IV.9 - Financement

Le financement de lÕactivitŽ des Conseillers conventionnels des SalariŽs est assurŽ par lÕaide au paritarisme dans les conditions dŽfinies au titre V.

Article IV.10 - Droit syndical et sections syndicales d'entreprise 

L'exercice du droit syndical est reconnu dans toutes les entreprises quelle que soient leur taille, leur effectif, leur anciennetŽ, leur activitŽ ainsi que dans leurs Žtablissements et sur tous les lieux de travail, dans le respect des droits et libertŽs garantis par la Constitution,  en particulier de la libertŽ individuelle du travail.

Une section syndicale pourra tre crŽŽe par un syndicat reconnu reprŽsentatif dans lÕentreprise ou lՎtablissement, ou par un syndicat affiliŽ ˆ une organisation syndicale reprŽsentative au niveau national ou interprofessionnel, ou encore un syndicat qui satisfait au critre de respect des valeurs rŽpublicaines et dÕindŽpendance et qui est lŽgalement constituŽ depuis au moins 2 ans et dont le champ professionnel et gŽographique couvre lÕentreprise ou lՎtablissement concernŽ.

L'employeur s'engage ˆ prendre les mesures nŽcessaires pour que le droit syndical puisse s'exercer en conformitŽ avec les dispositions des articles L. 2141-1 ˆ L. 2143-22, R. 2143-1 ˆ R. 2146-5 et D. 2143-4 du Code du travail, sans perturber le fonctionnement des services.

 

Afin de permettre lÕexercice effectif du droit syndical, les sections des organisations syndicales reprŽsentatives au sens de la loi n¡ 2008-789 du 20 aožt 2008 dans la branche du spectacle vivant privŽ, pourront organiser deux fois par an, dans un temps qui, sauf circonstances exceptionnelles, nÕexcdera pas deux heures, des rŽunions ouvertes ou non ˆ lÕensemble du personnel. Le moment, le lieu et la durŽe de ces rŽunions seront fixŽs par accord entre dŽlŽguŽs syndicaux et employeur, au minimum 48 heures avant la date fixŽe pour la tenue de la rŽunion, afin que soient respectŽs les impŽratifs de fonctionnement de lÕentreprise.

Article IV.11 - Collecte des cotisations 

La collecte des cotisations syndicales peut tre effectuŽe pendant les heures de travail mais en dehors des lieux accessibles au public selon les modalitŽs fixŽes entre les parties.

Article IV.12 -  Affichage

L'affichage des communications syndicales s'effectue librement sur les panneaux ou emplacements rŽservŽs ˆ cet usage, ˆ la disposition des organisations syndicales et des reprŽsentants du personnel sur les lieux de travail non accessibles au public. Les lieux d'affichage seront dŽterminŽs d'un commun accord.

Dans les entreprises o il nÕexiste pas de section syndicale, lÕemployeur sollicitŽ par une organisation syndicale reprŽsentant les salariŽs, sera tenu de mettre un panneau dÕaffichage syndical ˆ disposition.

Un exemplaire de ces communications est transmis ˆ l'employeur ou ˆ son reprŽsentant simultanŽment ˆ l'affichage.

Du fait de la dispersion des lieux de travail et lorsque l'employeur ne peut assurer l'affichage des communications syndicales sur chaque lieu de travail, celui-ci est tenu de remettre ou d'adresser ces communications aux salariŽs, soit par voie postale, soit par tout moyen de transmission individualisŽ de son choix.

 

Article IV.13 - Diffusion des publications et tracts syndicaux

Les publications et tracts syndicaux peuvent tre librement diffusŽs par les dŽlŽguŽs des syndicats reprŽsentatifs (aprs accord du chef d'entreprise ou de son reprŽsentant si ces dŽlŽguŽs n'appartiennent pas ˆ l'entreprise), sur les lieux de travail selon les modalitŽs suivantes :

-        Remise de la main ˆ la main : les publications et tracts seront remis aux salariŽs dans l'enceinte de l'entreprise aux heures d'entrŽe et de sortie du travail.

-        DŽp™ts : les dŽp™ts de publications et de tracts pourront se faire sur les lieux de travail sans en perturber la bonne marche.

Le contenu des affiches, publications et tracts est librement dŽterminŽ par l'organisation syndicale, sous rŽserve de l'application des dispositions lŽgales relatives ˆ la presse (loi du 29 juillet 1881, ordonnances du 6 mai 1944 et du 13 septembre 1945 visant les dŽlits de presse tels qu'injures et diffamation publique, fausses nouvelles et provocation).

 

Article IV.14 - Local syndical

Dans les entreprises ou les Žtablissements o sont occupŽs plus de 100 salariŽs Žquivalents temps plein, le chef d'entreprise met ˆ la disposition des sections syndicales un local commun convenant ˆ l'exercice de la mission de leurs dŽlŽguŽs ŽquipŽ ˆ cet effet. Les modalitŽs d'amŽnagement et d'utilisation du local par les sections syndicales sont fixŽes par accord avec le chef d'entreprise.

En deˆ de 100 salariŽs, sauf impossibilitŽ matŽrielle, le chef dÕentreprise met ˆ disposition des sections syndicales un local commun aux organisations reprŽsentatives du personnel convenant ˆ lÕexercice de la mission de leurs dŽlŽguŽs.

 

Article IV.15. - PersonnalitŽs extŽrieures 

Les syndicats et sections syndicales peuvent inviter des personnalitŽs syndicales extŽrieures ˆ l'entreprise ˆ participer ˆ des rŽunions organisŽes par elles. Ces rŽunions ont lieu en dehors du temps de travail des participants ˆ l'exception des reprŽsentants du personnel qui peuvent se rŽunir sur leur temps de dŽlŽgation ou pendant les heures dÕinformation du personnel. Le chef d'entreprise ou son reprŽsentant seront informŽs de la venue de ces personnalitŽs.

Pour ce qui concerne les entreprises o sont occupŽs moins de 100 salariŽs Žquivalents temps plein et qui ne disposent pas d'un local mis ˆ la disposition des sections syndicales, l'accord du chef d'entreprise sera requis pour le local affectŽ ˆ la rŽunion.

Article IV.16 - Les organisations syndicales reprŽsentatives 

Au terme de la loi du 20 aout 2008 sur la reprŽsentativitŽ syndicale complŽtŽe par la loi du 15 octobre 2010 sur les TPE, la reprŽsentativitŽ des organisations syndicales dans la branche est mesurŽe par le biais dՎlections au niveau rŽgional. Pour autant la loi permet aux partenaires sociaux d'organiser par voie conventionnelle des Žlections dans les branches afin de permettre une Žvaluation plus fine de la reprŽsentativitŽ dans les diffŽrents collges.

CÕest pourquoi les partenaires sociaux dŽcident d'organiser des Žlections spŽcifiques dans la branche du spectacle vivant privŽ pour les personnels artistiques d'une part et les personnels administratifs, techniques et d'accueil dÕautre part.

Ces Žlections spŽcifiques seront organisŽes tous les 4 ans ˆ l'occasion de l'Žlection des conseillers conventionnels des salariŽs. Elles permettront de dŽfinir la clŽ de rŽpartition de lÕaide au paritarisme entre les diffŽrentes organisations syndicales.

 

Pour tre reprŽsentative au niveau de la branche, une organisation syndicale doit satisfaire ˆ lÕensemble des critres de lÕarticle L. 2121-1 du Code du travail, disposer dÕune implantation territoriale ŽquilibrŽe au sein de la branche et avoir obtenu au moins 8 % des suffrages exprimŽs au premier tour des dernires Žlections des titulaires au comitŽ dÕentreprise, ou ˆ dŽfaut la dŽlŽgation unique du personnel, ou ˆ dŽfaut les dŽlŽguŽs du personnel.

 

Toutefois, jusquÕen 2013, dans les branches dans lesquelles plus de la moitiŽ des salariŽs sont employŽs dans des entreprises o ne sont pas organisŽes dՎlections professionnelles, notamment en raison de la petite taille des entreprises, les syndicats affiliŽs ˆ des organisations syndicales reprŽsentatives au niveau national et interprofessionnel seront prŽsumŽs reprŽsentatifs. JusquÕen 2013, sont Žgalement considŽrŽs comme reprŽsentatifs les syndicats qui satisfont aux critres posŽs par lÕarticle L. 2121-1 du Code du travail, ci-dessous mentionnŽs, hormis le critre de lÕaudience :

1¡ Le respect des valeurs rŽpublicaines ;

2¡ L'indŽpendance ;

3¡ La transparence financire ;

4¡ Une anciennetŽ minimale de deux ans dans le champ professionnel et gŽographique couvrant le niveau de nŽgociation. Cette anciennetŽ s'apprŽcie ˆ compter de la date de dŽp™t lŽgal des statuts ;

5¡ L'audience Žtablie selon les niveaux de nŽgociation conformŽment aux articles L. 2122-1, L. 2122-5, L. 2122-6 et L. 2122-9 du Code du Travail ;

6¡ L'influence, prioritairement caractŽrisŽe par l'activitŽ et l'expŽrience ;

7¡ Les effectifs d'adhŽrents et les cotisations.

En 2013, le ministre du Travail prendra un arrtŽ Žtablissant la liste des syndicats reconnus reprŽsentatifs dans la branche ; mais jusquÕen 2017, tout syndicat affiliŽ ˆ lÕune des organisations syndicales reconnues reprŽsentatives au niveau national et interprofessionnel par le ministre sera encore prŽsumŽ reprŽsentatif au niveau de la branche. Depuis la publication de la loi du 20 aožt 2008, pour tre reprŽsentative au niveau de lÕentreprise ou de lՎtablissement,

une organisation syndicale doit satisfaire ˆ lÕensemble des sept critres de lÕarticle L. 2121-1 du Code du travail et avoir obtenu au moins 10% des suffrages au 1er tour titulaire des Žlections au comitŽ d'entreprise, ou ˆ dŽfaut ˆ la dŽlŽgation unique du personnel, ou ˆ dŽfaut des dŽlŽguŽs du personnel.

 

Article IV.17 - Le reprŽsentant de la section syndicale (RSS)

Le RSS a ŽtŽ instituŽ par la loi du 20 aožt 2008 afin de permettre aux syndicats non encore reprŽsentatifs dans lÕentreprise de se faire conna”tre. Un RSS peut tre dŽsignŽ :

- dans les entreprise dÕau moins 50 salariŽs, et dans lesquelles une section syndicale a ŽtŽ crŽe, par les syndicats non encore reprŽsentatifs (article L. 2142-1-1 du Code du travail) ;

- dans les entreprises de moins de 50 salariŽs, un dŽlŽguŽ du personnel peut tre dŽsignŽ RSS pour la durŽe de son mandat, par les syndicats non encore reprŽsentatifs.

Le mandat de RSS prend fin si aux premires Žlections suivant la dŽsignation, le syndicat nÕest pas reconnu reprŽsentatif. Le salariŽ perd ainsi son mandat. Soit le syndicat dŽsigne un nouveau salariŽ en tant que RSS, soit il doit attendre 6 mois avant de pouvoir dŽsigner de nouveau lÕancien RSS.

Le RSS bŽnŽficie des mmes prŽrogatives que le dŽlŽguŽ syndical, ˆ lÕexception du pouvoir de nŽgocier des accords collectifs (sauf dispositions particulires, cf. art. IV. 13.2). Il dispose de 4 heures de dŽlŽgation par mois pour exercer ses fonctions.

Un RSS est un salariŽ protŽgŽ. La protection dure 1 an aprs la cessation des fonctions lorsquÕil a exercŽ au moins pendant 1 an.

 

Article IV.18 - DŽlŽguŽs syndicaux 

Chaque syndicat reprŽsentatif dans lÕentreprise ou lՎtablissement de 50 salariŽs ou plus, qui a constituŽ une section syndicale, peut dŽsigner un dŽlŽguŽ syndical parmi les candidats aux Žlections professionnelles qui ont recueilli au moins 10 % des suffrages exprimŽs sur son nom au premier tour des dernires Žlections du comitŽ d'entreprise, de la dŽlŽgation unique du personnel ou des dŽlŽguŽs du personnel.

Si entre deux Žlections professionnelles, une organisation professionnelle reprŽsentative ne dispose plus de candidat remplissant toutes les conditions susvisŽes le syndicat reprŽsentatif peut dŽsigner un dŽlŽguŽ syndical parmi les autres candidats ou, ˆ dŽfaut, parmi ses adhŽrents au sein de lÕentreprise ou de lՎtablissement.

Le nombre des dŽlŽguŽs syndicaux est fixŽ en fonction de lÕeffectif de lÕentreprise, conformŽment ˆ lÕarticle R. 2143-1 du Code du travail.

Dans les Žtablissements qui emploient moins de 50 salariŽs, les syndicats reprŽsentatifs peuvent dŽsigner un dŽlŽguŽ du personnel, pour la durŽe de son mandat, comme dŽlŽguŽ syndical (article L. 2143-6 du Code du travail).

Article IV.19 - Exercice d'un mandat syndical

Lorsqu'un membre du personnel quitte l'Žtablissement, aprs dix-huit mois de prŽsence, pour exercer un mandat syndical, il bŽnŽficie, ˆ l'expiration de son mandat, d'une prioritŽ d'engagement dans un emploi identique pendant une durŽe de six mois. Cette demande de rŽemploi doit tre faite, par lettre recommandŽe avec accusŽ de rŽception et prŽsentŽe au plus tard dans les trois mois qui suivent l'expiration du mandat.

Lorsque le salariŽ est rŽintŽgrŽ, il est tenu compte pour le calcul de ses droits liŽs ˆ l'anciennetŽ, de son temps de prŽsence dans l'entreprise au titre de son prŽcŽdent contrat.

 

Article iV.20 - Autorisation dÕabsence des dŽlŽguŽs syndicaux, des reprŽsentants de la section syndicale et des salariŽs džment mandatŽs

Les dŽlŽguŽs syndicaux et les reprŽsentants de la section syndicale pourront bŽnŽficier pour participer aux congrs et assemblŽes statutaires dÕune autorisation d'absence ˆ concurrence de trois jours rŽmunŽrŽs par an, par organisation et par Žtablissement, sur demande Žcrite et prŽsentŽe une semaine ˆ l'avance par leurs organisations syndicales.

Des autorisations exceptionnelles d'absence dans la limite de quatre jours par annŽe civile et par entreprise, peuvent tre accordŽes aux salariŽs džment mandatŽs par leur organisation syndicale pour participer aux commissions paritaires officielles ou constituŽes d'un commun accord au titre de la prŽsente convention. Ces absences, qui doivent tre justifiŽes par la production de la convocation prŽcisant les lieux et dates des rŽunions, ne donnent lieu ˆ aucune rŽduction de salaire et demeurent assimilŽes ˆ un temps de travail effectif pour le calcul des congŽs payŽs ;

Les absences ne devront pas perturber la bonne marche de l'entreprise et/ou du spectacle et/ou du festival ou de la tournŽe.

Article iV.21 - ComitŽ d'entreprise

Sous rŽserve des dispositions des articles. L. 2326-1, L. 2326-2, L. 2326-3 du Code du travail et conformŽment aux dispositions lŽgales, il est constituŽ un comitŽ dÕentreprise dans les entreprises ou Žtablissements occupant au moins 50 salariŽs au sens de lÕarticle L. 2322-6, si cet effectif est atteint pendant douze mois, consŽcutifs ou non, au cours des trois annŽes prŽcŽdentes.

Le nombre de reprŽsentants Žlus et les Žlections des membres du comitŽ dÕentreprise sont dŽterminŽs conformŽment aux dispositions lŽgales. Le protocole dÕaccord prŽŽlectoral dŽtermine, notamment au niveau de chaque entreprise et/ou Žtablissement, la rŽpartition des siges par collge Žlectoral, les modalitŽs pratiques de vote. Les membres du comitŽ dÕentreprise sont dŽsignŽs conformŽment aux dispositions lŽgales, leur mandat est renouvelable.

Des panneaux dÕaffichage sont affectŽs aux communications du comitŽ dÕentreprise.

Dans les entreprises de moins de 200 salariŽs, le chef dÕentreprise peut dŽcider aprs avis des reprŽsentants du personnel que les dŽlŽguŽs du personnel constituent la dŽlŽgation du personnel au comitŽ dÕentreprise.

 

Article iV.22 - Fonctionnement

Sous rŽserve des dispositions des articles L. 2325-14, L. 2325-15, L. 2325-16, L. 2325-17, L. 2325-18 du Code du travail, le comitŽ se rŽunit sur convocation du chef dÕentreprise ou de son reprŽsentant :

-       au moins une fois par mois dans les entreprises de 150 salariŽs et plus ;

-       au moins une fois tous les deux mois dans les entreprises de moins de 150 salariŽs.

Si les dŽlŽguŽs du personnel constituent la dŽlŽgation du personnel au comitŽ d'entreprise, les rŽunions mensuelles des dŽlŽguŽs du personnel et du comitŽ d'entreprise se tiennent sŽparŽment, ˆ la suite l'une de l'autre, selon les rgles propres ˆ chacune de ces instances.

Il peut, en outre, tenir une seconde rŽunion ˆ la demande de la majoritŽ de ses membres.

 

LÕordre du jour est arrtŽ par le chef dÕentreprise et le secrŽtaire conformŽment aux dispositions lŽgales. Il est communiquŽ aux membres trois jours au moins avant la sŽance.

En plus des membres Žlus, sigent au comitŽ dÕentreprise les membres de droit et les reprŽsentants syndicaux džment mandatŽs ˆ cette instance.

 

Le crŽdit dÕheures des membres titulaires du comitŽ dÕentreprise est fixŽ ˆ 20 heures par mois. Ë la demande dÕun membre titulaire, ses heures de dŽlŽgation pourront tre utilisŽes par un autre membre, titulaire ou supplŽant. Dans ce cas, un membre du comitŽ dÕentreprise ne peut dŽpasser le double de son crŽdit dÕheures initial.

Article IV.23 - R™le et attributions du comitŽ dÕentreprise

ConformŽment ˆ la loi, le comitŽ dÕentreprise a des attributions professionnelles, des attributions Žconomiques et des attributions sociales.

 

A.     Attributions professionnelles

 

a.1. Attributions professionnelles gŽnŽrales

 

Le comitŽ dÕentreprise donne son avis sur les conditions collectives dÕemploi et de travail, ainsi que sur les conditions de vie du personnel au sein de lÕentreprise conformŽment aux dispositions lŽgales.

 

Il est consultŽ sur le rglement intŽrieur et ses modifications Žventuelles.

 

a.2. Recours ˆ un expert-comptable

 

Le comitŽ dÕentreprise peut se faire assister dÕun expert-comptable de son choix :

 

1¡)    En vue de lÕexamen annuel des comptes prŽvu Ç aux articles L. 2323-8 et L. 2323-9 È ;

2¡)    En vue de lÕexamen des documents mentionnŽs ˆ lÕarticle L. 2323-10, dans la limite de deux fois par exercice ;

3¡)    Dans les conditions prŽvues ˆ lÕarticle L. 2323-20, relatif aux opŽrations de concentration ;

4¡)    Une fois par exercice dans les conditions prŽvues aux articles L. 2323-78 et suivants, relatifs ˆ lÕexercice du droit dÕalerte Žconomique ;

5¡)    Lorsque la procŽdure de consultation pour licenciement Žconomique de dix salariŽs ou plus dans une mme pŽriode de trente jours, prŽvue ˆ lÕarticle L. 1233-30, est mise en Ïuvre.

 

La mission de lÕexpert-comptable porte sur tous les ŽlŽments dÕordre Žconomique, financier ou social nŽcessaires ˆ  lÕintelligence des comptes et ˆ lÕapprŽciation de la situation de lÕentreprise.

 

Pour opŽrer toute vŽrification ou tout contr™le qui entre dans lÕexercice de ces missions, lÕexpert-comptable a accs aux mmes documents que le commissaire aux comptes.

 

LorsquÕil est saisi dans le cadre dÕune opŽration de concentration prŽvue ˆ lÕarticle L. 2323-20, lÕexpert a accs aux documents de toutes les sociŽtŽs intŽressŽes par lÕopŽration.

 

LÕexpert-comptable est rŽmunŽrŽ par lÕentreprise. Il a libre accs dans lÕentreprise.

 

a.3. Droit dÕalerte Žconomique

 

Lorsque le comitŽ dÕentreprise a connaissance de faits de nature ˆ affecter de manire prŽoccupante la situation Žconomique de lÕentreprise, il peut demander ˆ lÕemployeur de lui fournir des explications.

 

Cette demande est inscrite de droit ˆ lÕordre du jour de la prochaine sŽance du comitŽ dÕentreprise.

 

Si le comitŽ dÕentreprise nÕa pu obtenir de rŽponse suffisante de lÕemployeur ou si celle-ci confirme le caractre prŽoccupant de la situation, il Žtablit un rapport.

Ce rapport, au titre du droit dÕalerte Žconomique, est transmis ˆ lÕemployeur et au commissaire aux comptes

B - Attributions dÕordre social et culturel

 

ConformŽment ˆ la loi, le comitŽ dÕentreprise assume ou contr™le la gestion de toutes les activitŽs sociales et culturelles Žtablies dans lÕentreprise au bŽnŽfice des salariŽs ou de leur famille, ou participe ˆ cette gestion quel quÕen soit le mode de financement.

 

Article iV.24 - Contributions au comitŽ dÕentreprise

 

LÕentreprise doit verser au comitŽ dÕentreprise une subvention de fonctionnement dÕun montant annuel dŽfini par la loi.

Le comitŽ dÕentreprise bŽnŽficie au titre des Ïuvres sociales et culturelles dÕun budget dŽfini conformŽment aux dispositions lŽgales.

La diversitŽ des entreprises du champ de la convention collective, leur taille souvent rŽduite, leur hŽtŽrogŽnŽitŽ (crŽation, diffusion ...), l'Žparpillement des salariŽs, leurs statuts diffŽrents (CDD, CDI), ont conduit les signataires ˆ rechercher les formes de mutualisation des financements les plus propices ˆ assurer l'ŽgalitŽ des professionnels, qu'ils soient techniques, administratifs ou artistiques, pour l'accs aux activitŽs sociales et culturelles auxquelles ils peuvent prŽtendre.

 

Par ailleurs dans ces entreprises, les conditions dÕaccs aux activitŽs sociales et culturelles pour les salariŽs en CDD devront tre dŽfinies. Elles pourront aussi passer un accord avec le CASC – SVP pour ces salariŽs.

 

Article IV-25 - ComitŽ dÕAction Sociale et Culturelle – Spectacle Vivant PrivŽ (CASC-SVP)

Les parties sÔengagent ˆ mettre en place un dispositif de financement des Ïuvres sociales et culturelles (CASC-SVP ComitŽ dÕActions Sociales et Culturelles du Spectacle Vivant du Spectacle Vivant PrivŽ) dont le mode de gestion sera dŽterminŽ par les organisations syndicales de salariŽs er les organisations dÕemployeurs reprŽsentatives dans le champ et signataires, dans un dŽlai de 12 mois suivant lÕextension de la prŽsente Convention.

La contribution ˆ ces activitŽs est fixŽe, sans que ce montant puisse tre infŽrieur ˆ 50 euros par an et par entreprise :

 

- ˆ 0,1 % de la tranche A de la masse salariale, pour la premire annŽe qui suit lÕextension de la prŽsente convention,

- ˆ 0,15 % la seconde annŽe,

- ˆ 0,25 % la troisime annŽe.

 

Les partenaires sociaux se retrouveront aprs trois annŽes de mise en place du CASC-SVP afin dՎtudier la possibilitŽ dÕune revalorisation du taux de 0,25% tenant compte de lՎconomie des entreprises du secteur privŽ et de lՎconomie du dispositif (ayants droits...) et dans lÕobjectif de tendre vers un taux de 0,5 %.

 

Les entreprises qui disposent dÕun comitŽ dÕentreprise ne sont pas soumises ˆ ce dispositif, sous rŽserve que leur contribution aux activitŽs sociales et culturelles soit au moins Žgale ˆ la contribution prŽvue ˆ lÕarticle IV-26.

 

Par ailleurs dans ces entreprises, les conditions dÕaccs aux activitŽs sociales et culturelles pour les salariŽs en CDD devront tre dŽfinies, elles pourront aussi passer un accord avec le CASC – SVP pour ces salariŽs.

 

Article iV.26 - Accords collectifs de groupe, d'entreprise, ou d'Žtablissement

Afin de dŽvelopper le dialogue social au sein des entreprises de la branche, et de faciliter le dŽveloppement d'accords d'entreprises, les parties conviennent de ce qui suit.

Article iV.26.1 - Articulation des niveaux de nŽgociation

Les parties signataires conviennent quՈ lÕexception des dispositions prŽvues par la loi et sauf dispositions de la prŽsente convention collective ou de ses annexes prŽvoyant expressŽment une possibilitŽ de dŽrogation par voie dÕaccord collectif dÕentreprise, il ne sera pas possible de dŽroger au texte de la prŽsente convention, de ses annexes et de ses avenants. Cette disposition ne fait pas obstacle ˆ la nŽgociation de mesures plus favorables.

 

Article IV.26.2 -  Conclusion des accords d'entreprise

Article iV.26.2.1 - En cas de prŽsence d'un dŽlŽguŽ syndical dans l'entreprise

 

a)     Des Žlections professionnelles se sont dŽjˆ tenues au sein de l'entreprise

La validitŽ de l'accord d'entreprise ou d'Žtablissement est subordonnŽe ˆ :

á       La signature par un ou plusieurs syndicats reprŽsentatifs ayant recueilli au moins 30% des suffrages exprimŽs au 1er tour des dernires Žlections des titulaires au comitŽ d'entreprise, ou de la dŽlŽgation unique du personnel ou des dŽlŽguŽs du personnel ;

á       Et ne pas avoir fait lÕobjet dÕune opposition dÕun ou plusieurs syndicats reprŽsentatifs ayant recueilli la majoritŽ des suffrages exprimŽs ˆ ces mmes Žlections.

L'opposition est exprimŽe par Žcrit, motivŽe (prŽcisions des points de dŽsaccord notamment) et doit tre notifiŽe aux signataires dans les 8 jours de la notification de l'accord.

b)     Carence d'Žlections professionnelles prŽalables

Dans les entreprises dŽpourvues de DŽlŽguŽ syndical et lorsquÕun procs verbal de carence a ŽtŽ Žtabli, des accords peuvent tre nŽgociŽs et conclus par un ou plusieurs salariŽs mandatŽs par un ou plusieurs syndicats reprŽsentatifs dans la branche. Ces accords ne peuvent porter que sur des mesures dont la mise en Ïuvre est subordonnŽe par la loi ˆ la conclusion dÕun accord collectif, ˆ lÕexception des accords de mŽthode.

La validitŽ de l'accord est subordonnŽe ˆ l'approbation de la majoritŽ des salariŽs, via un rŽfŽrendum organisŽ ˆ l'initiative des organisations syndicales reprŽsentatives et au dŽp™t de lÕaccord auprs de lÕautoritŽ administrative compŽtente. La consultation des salariŽs devra satisfaire aux dispositions du dŽcret 2005-64 du 28 janvier 2005. Notamment, les salariŽs devront tre informŽs au moins 15 jours avant la date du scrutin de l'heure et de la date de celui-ci, du contenu de l'accord, du texte de la question soumise au vote.

 

Article iV.26.2.2 -  En cas d'absence d'un dŽlŽguŽ syndical dans l'entreprise

 

a) Conditions de conclusion

Ë dŽfaut de dŽlŽguŽ syndical, il est possible pour l'employeur, de nŽgocier des accords collectifs d'entreprise sur les thmes dont la loi subordonne la mise en Ïuvre ˆ la conclusion dÕun accord collectif avec:

 

-      Dans les entreprises de moins de 200 salariŽs :

 

a.    les reprŽsentants Žlus du personnel au comitŽ d'entreprise ou, ˆ dŽfaut de la dŽlŽgation unique du personnel ou ˆ dŽfaut des dŽlŽguŽs du personnel ;

b.    ou ˆ dŽfaut dՎlus, un ou plusieurs salariŽs džment mandatŽs par une organisation syndicale de salariŽs dans les entreprises o s'exerce le mandat des Conseillers Conventionnels des SalariŽs et/ou en cas de procs-verbal de carence.

-        Dans les entreprises de 200 salariŽs ou plus :

a.      le RSS, qui ne peut nŽgocier que sur des mesures dont la mise en Ïuvre est subordonnŽe par la loi ˆ la conclusion dÕun accord collectif. La validitŽ de l'accord est subordonnŽe ˆ son approbation par les salariŽs ˆ la majoritŽ des suffrages exprimŽs ;

b.      ou ˆ dŽfaut les reprŽsentants Žlus du personnel comitŽ d'entreprise ou, ˆ dŽfaut de la dŽlŽgation unique du personnel ou ˆ dŽfaut, des dŽlŽguŽs du personnel. 

b) Conditions de validitŽ

a.      Cas d'un accord conclu avec un reprŽsentant Žlu

La validitŽ de l'accord est subordonnŽe ˆ :

- LÕinformation par lÕemployeur, auprs des syndicats reprŽsentatifs dans la branche dont relve lÕentreprise, de sa dŽcision dÕengager des nŽgociations ;

- Sa conclusion par des Žlus reprŽsentant la majoritŽ des suffrages exprimŽs lors des dernires Žlections professionnelles ;

- Et ˆ l'approbation de lÕaccord par la commission paritaire de branche.

 

b.      Cas d'un accord conclu avec un salariŽ mandatŽ

La validitŽ de l'accord est subordonnŽe ˆ son approbation par les salariŽs ˆ la majoritŽ des suffrages exprimŽs. La consultation des salariŽs devra satisfaire aux dispositions du dŽcret n¡ 2005-64 du 28 janvier 2005. En particulier, les salariŽs devront tre informŽs de la date du scrutin au moins quinze jours avant la date de celui-ci, du contenu de l'accord, et du texte de la question soumise au vote. LÕaccord doit tre dŽposŽ auprs de lÕautoritŽ administrative compŽtente. Le mandat, comportant l'indication du nom du mandataire et son objet, doit tre dŽlivrŽ au salariŽ mandatŽ et notifiŽ ˆ l'employeur par le ou les Conseillers(s) Conventionnel(s) des salariŽs qui le mandate(nt), prŽalablement ˆ l'ouverture de la nŽgociation, par lettre recommandŽe avec accusŽ de rŽception. Il est limitŽ ˆ la nŽgociation pour laquelle il est dŽlivrŽ. Le mandataire est tenu ˆ une obligation d'information de son ou de ses mandant(s).

Le mandat prend fin :

-        ˆ la date de la signature de l'accord ;

-        ˆ la date de retrait du mandat par l'organisation syndicale; le retrait du mandat doit tre notifiŽ ˆ l'employeur par lettre recommandŽe avec avis de rŽception ;

-        en cas d'Žchec des nŽgociations, constatŽ par procs-verbal, Žtabli par l'employeur ou son reprŽsentant.

 

TITRE V

Financement du paritarisme

Article V.1

La participation au financement des institutions reprŽsentatives au niveau de la branche par les entreprises relevant du champ de la prŽsente convention est assurŽe par une contribution de 0,1 % de la tranche A avec un plancher de 80 euros et un plafond de 300 euros par an et par entreprise.

 

Article V.2 - Une association spŽcifique sera crŽŽe dans le mois suivant l'extension de la prŽsente convention collective pour assurer la collecte et la gestion des contributions au financement du paritarisme. Cette association dŽlŽguera la collecte ˆ un organisme social du spectacle, ou ˆ toute autre structure compŽtente pour ce faire.

Article V.3 - La collecte du financement du paritarisme sera effectuŽe chaque annŽe, en dŽbut d'annŽe civile.

L'ensemble des employeurs placŽs dans le champ de la prŽsente Convention collective est assujetti ˆ la cotisation du financement du paritarisme.

Article V.4 a

 

Le montant de la collecte du paritarisme sera rŽparti de la manire suivante :

 

á       1/3 destinŽ ˆ financer les dŽpenses structurelles communes de la branche, le solde de cette part non utilisŽe sera rŽparti par moitiŽ au collge employeurs et collge salariŽs aprs Žtablissement du compte de trŽsorerie annuel,

á        1/3 attribuŽ aux organisations reprŽsentatives de salariŽs,

á       1/3 attribuŽ aux organisations reprŽsentatives dÕemployeurs participant rŽgulirement ˆ la nŽgociation collective.

 

Le rapport de branche sera financŽ par les employeurs.

 

Article V.4 b

 

Le collge salariŽs rŽpartira entre les organisations reprŽsentatives de salariŽs la quote-part lui revenant selon la reprŽsentativitŽ de chacune des organisations, fondŽe sur leur rŽsultat aux Žlections spŽcifiques dans les diverses catŽgories de personnel.

 

Durant la pŽriode de transition entre lÕextension de la prŽsente convention et les premires Žlections de branche les organisations syndicales reprŽsentatives percevront leur quote-part au prorata de leur rŽsultat aux Žlections 2009 de lÕIRPS (Sections Artistes et Spectacle Vivant).

 

Le collge employeurs rŽpartira entre les organisations reprŽsentatives dÕemployeurs la quote-part lui revenant selon des critres dŽfinis par lui par accord sŽparŽ, aprs financement du rapport de branche qui lui incombe.

 

Article V.4 c - Part affectŽe aux dŽpenses structurelles de fonctionnement de la convention

 

La part affectŽe aux dŽpenses structurelles de fonctionnement de la prŽsente convention est destinŽe au paiement :

 

- des frais de dŽplacement et de dŽfraiement des Conseillers Conventionnels des SalariŽs et des frais de dŽplacement et de dŽfraiement des salariŽs mandatŽs dŽsignŽs ˆ l'article XIV.12.b, dans la limite des indemnitŽs prŽvues ˆ lÕannexe TournŽes,

- de la prise en charge des salaires des Conseillers Conventionnels des SalariŽs sÕil y a lieu,

- du cožt de toutes les rŽunions et des diffŽrentes commissions mises en place par la prŽsente convention,

- des frais occasionnŽs par lÕorganisation des Žlections dans la branche.

 

Le solde de cette part sera affectŽ, en fin dÕexercice, par moitiŽs au collge Employeurs et au Collge salariŽs.

Les modalitŽs de gestion seront prŽcisŽes lors de la crŽation de lÕassociation.

 

A lÕissue de chaque annŽe civile, il sera procŽdŽ ˆ lՎtablissement et la prŽsentation du compte de trŽsorerie pour le financement des dŽpenses structurelles communes de la branche.

 

Les informations suivantes seront communiquŽes aux partenaires sociaux : le solde de trŽsorerie au dŽpart, le montant de la collecte affectŽ ˆ ce financement, dŽpenses prises en compte et solde disponible final.

 

Le solde de la part non utilisŽe sera rŽparti par moitiŽ entre le collge Employeurs et le Collge salariŽs.

 


Titre VI

Grille des emplois – Classification – Salaires

 

Article VI.1 - Nomenclature des emplois

 

La liste des emplois par filires est dŽfinie ˆ lÕarticle VI.3.

Afin de tenir compte des diffŽrents intitulŽs pouvant, selon le secteur d'activitŽ considŽrŽ, caractŽriser une mme fonction, les listes d'emploi retiennent pour certains emplois une appellation principale et des intitulŽs associŽs.

Il appartient ˆ l'employeur de s'assurer de la capacitŽ (notamment destinŽes ˆ les habiliter) et autres autorisations d'exercice de leur activitŽ par les salariŽs exerant certaines fonctions spŽcifiques.

A compter de l'entrŽe en application de la prŽsente convention et afin de laisser un dŽlai raisonnable d'adaptation des contrats de travail en cours, il est accordŽ aux entreprises un dŽlai de 12 mois pour se conformer ˆ la nouvelle classification. Faute d'accord entre le salariŽ et son employeur sur l'intitulŽ de fonction ˆ retenir, les parties pourront saisir la commission d'arbitrage et, si celle ci n'a pas abouti, la Commission de suivi, d'interprŽtation, de conciliation et de validation des accords instaurŽes par le Titre XVI de la prŽsente Convention collective.

Les salariŽs seront recrutŽs, ˆ compter de l'extension de la prŽsente convention collective, dans l'un des emplois figurant dans les diffŽrentes catŽgories d'emploi et filires prŽvues dans la grille de classification (article VI.3).

Article VI.2 - Grille et principes de classification

 

Les emplois rŽpertoriŽs sont rŽpartis en fonction de trois critres classant ayant la mme importance relatifs ˆ :

 

-       L'autonomie :

Elle est dŽfinie comme la latitude de dŽcider et d'agir qui est laissŽe au salariŽ dans l'exercice de son activitŽ au sein de l'entreprise (la prŽcision des instructions, la nature des contr™les, l'initiative de rŽalisation requise).

-       La responsabilitŽ :

Elle est dŽfinie comme la (ou les) mission(s) confiŽe(s) au salariŽ sur un ou plusieurs domaines d'action pour lesquels il doit rendre compte et rŽpondre de ses actes professionnels.

 

Pour effectuer le classement des salariŽs dans les diffŽrents niveaux retenus, il convient de sÕattacher ˆ lÕemploi occupŽ et non aux aptitudes personnelles du salariŽ concernŽ et de prendre en compte lÕemploi occupŽ, apprŽcier la responsabilitŽ et non le titre, lÕappellation et/ou la rŽmunŽration attribuŽs au salariŽ avant la mise en place de la prŽsente classification.

-       La compŽtence et la formation

La compŽtence peut tre dŽfinie comme l'ensemble des savoirs et savoir-faire techniques et/ou d'encadrement requis pour tenir le poste de travail. Elle inclut les connaissances gŽnŽrales de base, les connaissances techniques, les savoir-faire procŽduraux et relationnels.

Pour effectuer le classement des salariŽs dans les diffŽrents niveaux retenus, il convient de sÕattacher ˆ lÕemploi occupŽ et non aux aptitudes personnelles du salariŽ concernŽ. En particulier, la formation et les dipl™mes entrent en ligne de compte dans la mesure o ils sont mis en Ïuvre dans lÕemploi exercŽ. A cet Žgard, le fait de disposer de dipl™mes universitaires nÕimplique pas en soi lÕappartenance ˆ la catŽgorie des cadres ou agents de ma”trise si les exigences objectives de lÕemploi occupŽ ne relvent pas elles-mmes de cette catŽgorie ;

La grille reprend horizontalement les trois critres classant :

- les dŽfinitions gŽnŽrales,

- les dŽfinitions complŽmentaires,

- les niveaux de formation.

Horizontalement, la grille permet d'apprŽcier, pour un mme groupe, les critres classant revtant la mme importance, l'ensemble des exigences minimales auquel un emploi doit rŽpondre cumulativement pour pouvoir y tre classŽ.

Verticalement, la grille prŽsente la graduation de valeur des critres classant selon les niveaux. Elle compte 7 niveaux de qualification sur le modle des niveaux de l'Žducation nationale.

-       Les 3 premiers niveaux concernent la catŽgorie cadres.

-       Le 4niveau concerne la catŽgorie des agents de ma”trise.

-       Les niveaux 5,6 et 7 concernent la catŽgorie ouvriers et employŽs.

L'ensemble constitue la grille qui sert de base ˆ la classification minimale de tous les emplois de la branche.

Cette grille servant de base ˆ l'Žtablissement des salaires conventionnels, les niveaux pourront tre subdivisŽs en Žchelons, afin de proposer une progression possible des salariŽs au sein d'un mme niveau, dans les secteurs d'activitŽ qui souhaiteront le nŽgocier.

GRILLE DE CLASSIFICATION

 

NIVEAUX DE

QUALIFICATION

DƒFINITIONS GƒNƒRALES

 

DƒFINITIONS COMPLƒMENTAIRES

 

NIVEAUX DE

FORMATION

Cette grille vise la totalitŽ des salariŽs travaillant dans le champ de la prŽsente convention collective

(artistes-interprtes, artistes, personnels techniques, personnels administratifs et personnel spŽcifique "cabarets")

Cadres

Groupe 1 

DŽlŽgation de responsabilitŽs

Žmanant d'un mandataire social ou des instances statutaires de l'entreprise pour l'exercice

d'une fonction de direction ou

pour l'exercice d'une mission

gŽnŽrale.

Les fonctions dŽfinies dans ce groupe comportent :

- soit la responsabilitŽ d'un service ou d'un Žquipement - ou pour l'exercice d'une mission gŽnŽrale et/ou artistique.

Elles impliquent la participation ˆ la dŽfinition des objectifs de l'Žtablissement, du programme de travail, la conduite de ce programme, son Žvaluation, y compris dans les aspects financiers.

Cadres de direction

Niveau I

Master, DESS, doctorat

ou ExpŽrience professionnelle

 

 

 

 

Cadres

Groupe 2

 

 

 

Prise en charge d'un ensemble de t‰ches ou d'une fonction par  dŽlŽgation, requŽrant une  conception des moyens et leur

mise en Ïuvre et comportant

une responsabilitŽ limitŽe.

Gestion d'un Žquipement ou d'un service ou d'un projet et/ou ma”trise d'un budget et/ou organisation d'activitŽ et/ou organisation du travail de plusieurs personnes

Cadres autonomes

Niveau II-I

Bac + 3 et au-delˆ, Licence, master, doctorat

ou ExpŽrience professionnelle

 

 

 

 

 Cadres

Groupe 3

 

Cadres fonctionnel ou

OpŽrationnel ou chargŽ d'une mission de conseil

 

Responsable de secteurs : responsable de la prŽparation de l'organisation et de la mise en Ïuvre d'une activitŽ particulire, et pouvant en assurer la responsabilitŽ budgŽtaire.

Cadres intŽgrŽs pour l'organisation de leur travail

Niveau II-I

Bac + 3 et au-delˆ

Licence, master, doctorat

ou ExpŽrience professionnelle

 

 

 

 

 

 Agents de maitrise

 

 

ExŽcution de t‰ches qui se

diffŽrencient des prŽcŽdentes

par l'autonomie laissŽe ˆ

l'exŽcutant dans la mise en

Ïuvre des moyens nŽcessaires

ˆ la rŽalisation de son travail

L'autonomie suppose que le contr™le des t‰ches ne soit pas systŽmatique mais puisse s'exercer au terme d'un dŽlai prescrit Peut comporter la responsabilitŽ d'une ou plusieurs

personnes.

 

Niveau III-II

Bac + 2 ou 3

BTS - Licence

ou ExpŽrience professionnelle

 

 

 

 

 

EmployŽs qualifiŽs

Groupe 1

 

ExŽcution de t‰ches nŽcessitant

une formation prŽalable et

s'accompagnant d'initiatives 

Requiert des connaissances techniques

attestŽes, soit par une formation initiale,

soit par une pratique professionnelle

sous responsabilitŽ. Est capable d'exŽcuter des t‰ches sans nŽcessairement que lui soit indiquŽ le mode opŽratoire. Ne peut comporter la responsabilitŽ d'une ou plusieurs personnes

 

Niveau V - IV

Niveau CAP -BEP - BAC PRO

ou ExpŽrience professionnelle

 EmployŽs qualifiŽs

Groupe 2

ExŽcution de t‰ches nŽcessitant

une formation prŽalable de base 

Est capable d'exŽcuter des t‰ches ˆ condition que lui soit

indiquŽ le mode opŽratoire.

Niveau V - IV

Niveau CAP -BEP - BAC PRO

ou ExpŽrience professionnelle

 

 

 

 

 EmployŽs

 

 

 

ExŽcution de t‰ches prescrites

n'exigeant pas d'adaptation ˆ

l'emploi ou une adaptation de

courte durŽe

L'adaptation ˆ l'emploi ne dŽpasse pas une journŽe

ˆ une semaine maximum

 

 

Sans formation initiale

prŽalable

 

EMPLOIS TECHNIQUE


S Article VI.3 - CatŽgories et filires

 

Les emplois sont organisŽs en 4 filires, qui correspondent ˆ une qualification professionnelle :

 

- artistes et artistes interprtes,[MSOffice2] 

- emplois techniques,

- emplois administratifs et commerciaux,

- emplois spŽcifiques cabarets.

 

 

On trouvera, ci-aprs, les tableaux prŽsentant les emplois repres dans les 4 filires.


 

GRILLE DE FONCTIONS – ARTISTES ET ARTISTES INTERPRETES

 

conformŽment ˆ l'article L.7121-3 et suivants du Code du travail

 

 

 

 

NIVEAUX DE QUALIFICATION

ARTISTES

 

 

CADRES

Chef d'orchestre

 

Chef de chÏur

Elabore et met en Ïuvre la rŽalisation du projet artistique

ChorŽgraphe

Encadrement, coordination de l'Žquipe artistique

Maitre de ballet

 

Metteur en piste

 

Metteur en scne

 

Arrangeur musical (1), orchestrateur

 

 

AGENTS DE MAITRISE

Capitaine niveau 1

Responsable artistique par dŽlŽgation

 

 

 

NON CADRES

Artiste dramatique

 

Artiste chorŽgraphique (danseur/danseuse)

InterprŽtation de l'Ïuvre artistique, littŽraire,

Artiste lyrique

musicale, chorŽgraphique, de variŽtŽs, de cabarets

Artiste musicien

de cirque

Artiste de variŽtŽs

 

Artiste marionnettiste

L'artiste interprte sa prestation selon les

Artiste du cirque

spŽcificitŽs des spectacles :

Artiste des chÏurs

d'art dramatique

Choriste

d'art lyrique

Illusionniste

d'art chorŽgraphique

Chanteur/chanteuse

de marionnettes

En fonction des spŽcificitŽs des spectacles, peuvent tre engagŽs en qualitŽ de :

de music-hall

Artiste de cabaret

de variŽtŽs

Artiste de comŽdies musicales

de comŽdies musicales

Artiste de music-hall

de cabarets

Artiste de revue

de revues

DJ (2)

de cirque

Assistant des attractions

de bals

Chanteur

 

Danseur/danseuse de revue

 

Danseur/danseuse du ballet

 

Capitaine niveau 2

 

Diseur/Diseuse, Conteur/conteuse

 

 

 

Artiste de complŽment /figurant/figurante

 

 

(1) En lien avec le directeur musical et/ou le compositeur, il/elle crŽŽ l'arrangement du score ou du conducteur de la partition de l'Ïuvre musicale en vue de son interprŽtation.

(2) Il/elle utilise les techniques du mixage, scratching, sampling, ˆ partir de musiques, d'instruments, de sons ou de voix enregistrŽs dŽjˆ existants ou produits en direct pour interprŽter sur scne une Ïuvre originale.

 

GRILLE DE FONCTIONS – EMPLOIS ADMINISTRATIFS ET COMMERCIAUX


 

GRILLE DE FONCTIONS - EMPLOIS TECHNIQUES

NIVEAUX DE

QUALIFICATION

FILIERE TECHNIQUE SPECTACLE

FILIERE (**)

INFRASTRUCTURE

 DU SPECTACLE

REGIE

 

SON

 

LUMIERE

PLATEAU - PISTE

COSTUMES

VIDEO - IMAGES

 

DECORS - STRUCTURE

 

 

Cadres

Groupe 2

Directeur technique

RŽgisseur GŽnŽral***

 

Concepteur du son

IngŽnieur du son

 

Concepteur lumire/Eclairagiste

RŽalisateur lumire

 

DŽcorateur

Architecte-dŽcorateur

ScŽnographe

 

Costumier - ensemblier

Chef costumier

Concepteur des costumes

Concepteur coiffure, perruques

Concepteur maquillages, masques

RŽalisateur pour diffusion IntŽgrŽe

au spectacle

IngŽnieur du son-vidŽo

Chef opŽrateur

 

Directeur technique site

RŽgisseur gŽnŽral site

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cadres

Groupe 3

Conseiller technique

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Agents de

Ma”trise

RŽgisseur

RŽgisseur d'orchestre

RŽgisseur de production

Conseiller tech. Effets spŽciaux

Concepteur artificier

RŽgisseur plateau (*)

RŽgisseur son (*)

RŽgisseur lumire (*)

RŽgisseur de scne

RŽgisseur de chÏur

RŽgisseur son (*)

OpŽrateur son

Preneur de son

Technicien console

Sonorisateur

RŽalisateur son

Monteur son

RŽgisseur lumire (*)

Chef Electricien

Pupitreur

Technicien CAO-PAO

OpŽrateur lumire

 

Chef Machiniste

RŽgisseur plateau(*)

Chef monteur de structures

Ensemblier de spectacle

RŽalisateur coiffure, perruques

RŽalisateur costumes

RŽalisateur maquillages, masque

Responsable costumes

Responsable Couture

Chef habilleuse

Chef Couturire

Chef atelier de costumes

Cadreur

Monteur

OpŽrateur image/ pupitreur

OpŽrateur vidŽo

RŽgisseur audio-visuel

Chef de la sŽcuritŽ

Chef d'Žquipe site

RŽgisseur de site

 

 

 

 

 

 

 

 

 

EmployŽs

qualifiŽs

Groupe 1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

RŽgisseur adjoint

Technicien de maintenance en

tournŽe et festival

Technicien de pyrotechnie

Technicien effets spŽciaux

Artificier

Technicien groupe Žlectrogne

 

 

 

 

 

 

 

Technicien son

Technicien instruments

Accordeur

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Electricien

Technicien lumire

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Accessoiriste

Accessoiriste-constructeur

Accrocheur - rigger

Assistant dŽcorateur

Cintrier

Constructeur dŽcors et struct.

Menuisier de spectacle

Peintre dŽcorateur

Sculpteur de spectacle

Serrurier de spectacle

Staffeur

Constructeur machiniste

Tapissier de spectacle

Technicien de structures

Monteur de structures

Monteur (SCAFF holder) de spectacles

Nacelliste de spectacles

Technicien hydraulique

Machiniste

Coiffeur / Posticheur

couturire G1

Maquilleur

Modiste de spectacles

Perruquier

Plumassier de spectacles

Tailleur

Costumier (spectacle en tournŽe)

 

 

 

 

 

 

Technicien vidŽo

Projectionniste

Technicien prompteur

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Technicien visuel site

Electricien site

Monteur de structure site

Serrurier site

Tapissier site

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

EmployŽs

qualifiŽs

Groupe 2

 

 

 

 

 

 

 

Prompteur/souffleur

 

 

 

 

Poursuiteur

 

 

 

 

Peintre

Cariste de spectacles

technicien de plateau (1) ou brigadier

 

Habilleuse - Couturire

Habilleuse - perruquire

Couturire

 

 

 

 

 

Agent de sŽcuritŽ

Peintre site

Cariste Site

Chauffeur

Electricien d'entretien

 

 

 

 

 

 

 

 

 

EmployŽs

 

 

 

Garon de piste

Soigneur d'animaux

Personnel entretien

Manutentionnaire

Habilleuse - repasseuse

Repasseuse-lingre-retoucheuse

 

Manutentionnaire

Coursier

Personnel d'entretien de vŽhicule

Les diffŽrentes fonctions peuvent se dŽcliner au fŽminin et au masculin, la terminologie reprise dans cette grille Žtant la plus usitŽe.

(*) Les rŽgisseurs sont rŽpertoriŽs en doublon dans la filire rŽgie et dans les filires plateau, son et lumire.

(**) La filire infrastructure du spectacle rŽpertorie des emplois techniques liŽs au spectacle mais non spŽcifiques au secteur.

(***) Sous certaines conditions prŽcisŽes dans l'annexe 1 "Exploitant de lieux, producteurs ou diffuseurs de spectacles dramatiques, lyriques, chorŽgraphiques et de musique classique", le rŽgisseur gŽnŽral peut se voir appliquer les minima de la catŽgorie Cadre Groupe 3.

 

(1) Le technicien de plateau charge et dŽcharge le matŽriel, sÕoccupe de la mise en place sur scne des ŽlŽments sans effectuer ni branchement ni rŽglage, et ne participe pas non plus ˆ lÕassemblage et ˆ la mise en place des dŽcors.

 


 

GRILLE DE FONCTIONS – EMPLOIS ADMINISTRATIFS ET COMMERCIAUX

NIVEAUX DE

FILIERE

FILIERE

FILIERE

QUALIFICATION

GESTION DE LA STRUCTURE

CREATION - PRODUCTION

ACCUEIL - COMMERCIALISATION – COMMUNICATION (1)

 

Cadres

Groupe 1

Directeur GŽnŽral, Directeur

Directeur dŽlŽguŽ

Administrateur GŽnŽral, SecrŽtaire GŽnŽral

Directeur Administratif & Financier

Directeur artistique

Directeur musical

 

 

 

 

 

 

 

Cadres

Groupe 2

 

 

 

Directeur adjoint

Administrateur

Directeur ressources humaines

Directeur de salle de cabarets

Responsable Administratif et Financier

Directeur de Production

Directeur artistique de la production

Directeur musical de la production

Administrateur de production

Administrateur de tournŽe

Administrateur de diffusion

Directeur de communication et/ou relations

publiques

Directeur commercial

 

 

 

 

 

 

 

 

Cadres

Groupe 3

Chef Comptable

Administrateur dŽlŽguŽ

 

Conseiller artistique

Cadre commercial

 

 

 

 

 

Agents de maitrise

 

 

 

 

Comptable principal

Comptable unique

Responsable administratif

SecrŽtaire de direction

Assistant de Direction

Webmaster

Programmateur

Coordinateur

ChargŽ de production

ChargŽ de diffusion

RŽpŽtiteur

 

Responsable Relations Presse et/ou Communication

AttachŽ(e) de presse, AttachŽ aux relations publiques

Responsable billetterie

Gestionnaire de billetterie

Responsable contr™le et accueil

Responsable commercialisation

 

 

 

 

 

EmployŽs QualifiŽs

Groupe 1

 

 

 

Comptable

SecrŽtaire comptable

 

 

 

 

Collaborateur artistique

du chorŽgraphe

du directeur musical

du metteur en scne

Copiste (1)

AttachŽ de production, attachŽ de diffusion

Souffleur

Chef contr™leur

ChargŽ(e) de commercialisation

Responsable Placement

 

 

 

 

 

 

 

 

EmployŽs QualifiŽs

Groupe 2

 

 

Aide-Comptable (saisie d'Žcritures,

classement, rapprochement bancaire)

SecrŽtaire

Assistant(e) administratif(ve)

Agent informatique

 

 

 

 

 

ChargŽ de rŽservation

AttachŽ ˆ l'accueil

 

 

 

 

 

 

 

 

EmployŽs

 

 

 

 

 

 

EmployŽ(e) de bureau

Standardiste

Agent d'entretien/maintenance

Gardien thŽ‰tre et lieu de spectacle

 

 

 

 

Coursier

 

 

 

 

 

 

Caissier / Caissier de location

Contr™leur/Agent de contr™le et d'accueil

Agent de vestiaire et d'accueil/H™te, H™tesse d'accueil

Agent de placement et d'accueil

Vendeur(se) de produits dŽrivŽs

Agent de billetterie et d'accueil

Distributeur -Tracteur, afficheur

EmployŽ de catering

 

(1) A partir du score, il/elle rŽalise (copie) les partitions et souvent les transpose dans la bonne tonalitŽ pour lÕinterprŽtation de lÕÏuvre musicale.

Grille de fonctionS filire salle/restauRation

(CABARETS)

 

 

NIVEAUX DE

QUALIFICATION

ECHELON

FILIERE SALLE

FILIERE CUISINE

Cadres

 

 

 

Groupe 1

 

 

 

 

 

 

 

Cadres

 

Directeur de salle

 

Groupe 2

 

 

 

 

 

 

 

Cadres

 

1er ma”tre d'h™tel

Chef de cuisine

Groupe 3

 

 

 

 

 

 

 

Agents de maitrise

1 ou 2

Ma”tre d'h™tel/Chef barman

Chef de partie

 

1 ou 2

 

Sous-chef de cuisine

 

1 ou 2

Sommelier

Responsable qualitŽ

 

1 ou 2

1 ou 2

 

Chef de cuisine

Chef p‰tissier

 

 

 

 

EmployŽs qualifiŽs

1 ou 2

Chef de rang

Cuisinier / P‰tissier / Saucier

Groupe 1

1 ou 2

 

Sous-chef de cuisine

 

1 ou 2

Barman

Chef de partie

 

 

 

 

EmployŽs qualifiŽs

1 ou 2

Ecailler

 

Groupe 2

 

 

 

 

1 ou 2

Serveur

 

 

 

 

 

 

1 ou 2

Caissier / Caissire en salle

Commis de cuisine

 

 

 

 

EmployŽs

2

Serveur

Commis de cuisine

 

 

 

 

 

1 ou 2

Commis de salle, de bar

Plongeur

 

 

 

 

 

1 ou 2

Caviste

 

 

 

 

 

 

1 ou 2

Plongeur

 

 

 

 

 

 

1 ou 2

Chasseur / Voiturier / Portier

 

 

 

 

 

 

1 ou 2

Entretien / Manutentionnaire

 

 

 

 

 

 

1 ou 2

Vestiaire

 

 

 

 

 

 

1 ou 2

Agent d'accueil/ Agent de sŽcuritŽ / Physionomiste

 

 

 

 

 

 


Article VI.4 – Salaires

 

Comme il a ŽtŽ exposŽ au prŽambule de la prŽsente Convention collective, l'Žconomie du secteur justifie le fait que les partenaires sociaux prennent en compte les critres objectifs afin de rŽguler l'activitŽ de la branche en couvrant la totalitŽ de ses entreprises dans des conditions adaptŽes ˆ leur activitŽ et tout en clarifiant leur situation ne pas crŽer de distorsion de concurrence entre elles.

Ainsi, les partenaires sociaux ont ŽtŽ amenŽs ˆ dŽfinir les salaires conventionnels tels que dŽfinis au titre II, reprenant obligatoirement tous les emplois de la nomenclature Žtablie par la prŽsente convention collective.

 

*                *

*

 


 

Grille de salaires minimaux artistes-interprtes

Exploitants de lieux, producteurs ou diffuseurs de spectacles dramatiques, lyriques, chorŽgraphiques

et de musique classique (Annexe 1)

Afin dՎviter les effets de seuil nŽgatifs (ˆ l'exception de la colonne salaire mensuel), un artiste ne pourra percevoir un salaire global minimum infŽrieur ou Žgal ˆ la rŽmunŽration globale maximum prŽvue par la colonne qui prŽcde.

THEATRE

Forfait mensuel

Exploitation continue (2)

Exploitation discontinue (hors tournŽe) (3)

cas particuliers des petits lieux dŽfinis ˆ l'annexe 1

(cf Article I.6, a) et c))

- de 400 places

+ de 400 places

Nb de reprŽsentations par mois

cachet

cachet

de 1 ˆ 7

de 8 ˆ 11

de 12 ˆ 16

DŽbutants et doublures

1 398,37

55,00

55,00

86,00

78,00

72,00

R™les de - de 100 lignes

1 398,37

72,00

80,00

105,00

95,00

85,00

R™les de + de 100 lignes

1 398,37

80,00

88,00

130,00

115,00

100,00

 

 

 

 

 

 

 

 

THEATRE MUSICAL  -  COMEDIE MUSICALE OPERETTE  ET AUTRES SPECTACLES

1 ˆ 7

8 ˆ 16

Exploitation continue (2)

Salaire mensuel (4)

pour 24 rep.

Salaire mensuel (5)

pour 151h67

 

 

ComŽdien 1er r™le / 1er chanteur soliste

151,00

139,50

110,00

2 510,00

2 640,00

 

 

ComŽdien 2nd r™le

121,00

108,00

92,00

1 931,00

2 208,00

 

 

ComŽdien

110,00

100,00

82,00

1 721,00

1 968,00

 

 

Artiste chorŽgraphique 1er r™le

151,00

136,00

110,00

2 450,00

2 640,00

 

 

Artiste chorŽgraphique 2nd r™le

141,00

124,00

92,00

2 186,00

2 208,00

 

 

Artiste chorŽgraphique d'ensemble

121,00

108,00

82,00

1 931,00

1 968,00

 

 

Artiste lyrique 1er emploi

151,00

139,50

110,00

2 450,00

2 640,00

 

 

Artiste lyrique 2nd emploi / Chanteur

121,00

108,00

92,00

1 931,00

2 208,00

 

 

Choriste de plateau, Artiste lyrique des chÏurs

84,50

75,00

67,00

1 398,37

1 608,00

 

 

Doublure

84,50

75,00

67,00

1 398,37

1 608,00

 

 

Artiste de music-hall, illusionniste, numŽro visuel (jonglage, acrobaties etc)

151,00

139,50

100,00

2 510,00

2 400,00

 

 

1er assistant des attractions

84,50

75,00

67,00

1 398,37

1 608,00

 

 

autre assistant

73,00

66,00

64,50

1 398,37

1 548,00

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

ARTISTES MUSICIENS ET ORCHESTRE

1 ˆ 7

8 ˆ 16

plus de 16

Salaire mensuel (4)     

pour 30 rep.

Salaire mensuel (5)     

pour 151h67

 

 

Chef d'orchestre

220,00

180,00

155,00

3 100,00

3 200,00

 

 

Musicien

148,00

130,09

114,51

2 519,76

2 600,00

 

 

Musicien d'orchestre < 10 musiciens et chÏurs

148,00

130,09

114,51

2 519,76

2 600,00

 

 

Musicien d'orchestre > 10 musiciens et chÏurs

110,25

110,25

110,25

2 210,90

2 300,00

 

 

Choriste d'orchestre

110,25

110,25

110,25

2 210,90

2 300,00

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Service de rŽpŽtition (6)

36,88

 

 

 

 

(1) On entend par dŽbutants, les jeunes de moins de 26 ans ayant effectuŽ moins de trois contrats dans le secteur.

Les contrats pris en compte sont ceux de plus de 15 dates respectant les conditions professionnelles de la convention collective ou bien lorsque le cumul des diffŽrents contrats est supŽrieur ˆ 30 reprŽsentations

(2) garantie de 7 fois le minimum conventionnel par semaine et de 30 reprŽsentations minimum

(3) L'exploitation est discontinue lorsque le spectacle est programmŽ pour moins de 4 reprŽsentations par semaine (jusquՈ 4 inclus) ou bien lorsque le spectacle est programmŽ de faon continue mais pour une durŽe infŽrieure ˆ 2 semaines (14 jours calendaires). Ces minima devront  atteindre les minima de l'annexe 4 "TournŽes" sous 2 ans.

Ces minima seront maintenus pour les thŽ‰tres de moins de 400 places garantissant au moins 12 reprŽsentations dans le mois (colonne de 12 ˆ 16).

(4) Ce salaire mensuel est applicable pour les contrats supŽrieurs ˆ 1 mois d'engagement.

(5) Ce salaire mensuel est applicable pour les contrats supŽrieurs ˆ 3 mois d'engagement et s'entend pour un maximum de 30 reprŽsentations.

 

 

Pour les salariŽs percevant une rŽmunŽration supŽrieure ˆ 110% du salaire mensuel minima de son emploi, il peut tre dŽrogŽ au maximum de 30 reprŽsentations dans le mois, sans versement de rŽmunŽration supplŽmentaire, dans le respect de la durŽe lŽgale du travail.

(6) Sauf dispositions particulires prŽvues pour les artistes musiciens prŽcisŽes dans l'annexe 1.

 

 

 

 

Grille de salaires minimaux artistes-interprtes

Exploitants de lieux, producteurs ou diffuseurs de spectacles de chanson, variŽtŽs, jazz, musiques actuelles

(Annexe 2)

Artistes-interprtes

CrŽation - Production

 

 

 

 

 

Le salaire mensuel s'applique ˆ compter du 22e jour travaillŽ ou de 24 reprŽsentations par mois, de date ˆ date, rŽpŽtitions non incluses (TitreII-5, art. 1 et 2 titre II Annexe Musique).

 

1 ˆ 7

8 et plus

Salaire mensuel

 

RŽmunŽration par reprŽsentation dans les salles d'une capacitŽ maximale de 300 places (ou 1res parties et plateaux dŽcouvertes)

Artiste soliste

83,55

76,37

1 398,37

 

groupe constituŽ d'artistes solistes

83,55

76,37

1 398,37

 

choriste

83,55

76,37

1 398,37

 

danseur

83,55

76,37

1 398,37

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1 ˆ 7

8 ˆ 15

16 et plus

Salaire mensuel

 

RŽmunŽration par reprŽsentation 

Artiste soliste

122,83

109,12

97,95

1 959,05

 

groupe constituŽ d'artistes solistes

109,12

97,95

87,29

1 445,89

 

choriste dont la partie est intŽgrŽe au score du Chef d'orchestre

107,59

96,43

85,77

1 715,43

 

choriste

86,62

76,89

68,68

1 398,37

 

danseur

86,62

76,89

67,34

1 398,37

 

 

Artistes musiciens

CrŽation - Production

 

 

 

 

Le salaire mensuel s'entend pour 30 reprŽsentations au plus par mois, de date ˆ date, rŽpŽtitions non incluses (Article 1 du II-5, Annexe Musique).

 

 

1 ˆ 7

8 et plus

Salaire mensuel

 

RŽmunŽration par reprŽsentation (1) dans les salles d'une capacitŽ maximale de 300 places (ou 1res parties, plateaux dŽcouvertes et spectacles promotionnels en tournŽe*)

101,02

88,08

1 663,40

 

 

* En cas de spectacle promotionnel (en tournŽe) tel que dŽfini au Titre II, II-3, article.4.3 de l'Annexe Musique : 101,02 euros

 

(1) En cas d'instruments multiples (hors instruments de mme famille), le salaire du musicien ne peut tre infŽrieur ˆ 110 % du minimum conventionnel applicable.

 

1 ˆ 7

8 ˆ 15

16 et plus

Salaire mensuel

 

RŽmunŽration par reprŽsentation (1)

 

148,00

130,09

114,47

2 519,76

 

COMEDIES MUSICALES /  ORCHESTRES > 10 musiciens

engagement < 1 mois

110,25

110,25

110,25

 

 

engagement > 1 mois

 

 

 

2 199,90

 

 (1) En cas d'instruments multiples (hors instruments de mme famille), le salaire du musicien ne peut tre infŽrieur ˆ 110 % du minimum conventionnel applicable.

 

 

Afin d'Žviter les effets de seuil nŽgatifs pouvant tre gŽnŽrŽs par les tarifs de chaque colonne (ˆ l'exception de la colonne mensuelle), un artiste-interprte ne pourra percevoir un salaire global minimum infŽrieur ou Žgal ˆ la rŽmunŽration globale maximum prŽvue par la colonne qui prŽcde. Par exemple, 16 reprŽsentations ne pourront pas donner lieu ˆ une rŽmunŽration globale infŽrieure ou Žgale ˆ 15 reprŽsentations.

 

 

 

 

Grille de salaires minimaux artistes-interprtes

Exploitants de lieux, producteurs ou diffuseurs de spectacles de chanson, variŽtŽs, jazz, musiques actuelles

(Annexe 2)

 

ComŽdies musicales / Spectacles de VariŽtŽs

 

 

 

 

 

 

 

 

Le salaire mensuel s'applique ds lors que le contrat de travail a une durŽe minimale de un mois (Article 2 du II-5, Annexe Musique)

 

1 ˆ 7

8 ˆ 15

16 et plus

Salaire  mensuel

 

RŽmunŽration par reprŽsentation

1er chanteur soliste/1er r™le

151,00

136,00

122,50

2 450,00

 

chanteur soliste/2nd r™le

121,00

108,00

96,50

1 931,00

 

choriste

84,50

75,00

67,00

1 398,37

 

1er danseur soliste/1er r™le

151,00

136,00

122,50

2 450,00

 

danseur soliste/2nd r™le

141,00

124,00

109,50

2 186,00

 

art. chorŽgraphique d'ensemble

121,00

108,00

96,50

1 931,00

 

artiste de music-hall, illusionniste, numŽro visuel (jonglage, acrobaties etc)

151,00

139,50

125,50

2 510,00

 

artiste dramatique, comŽdien/1er r™le

151,00

139,50

125,50

2 510,00

 

doublure

84,50

75,00

67,00

1 398,37

 

1er assistant des attractions

82,00

74,00

67,00

1 398,37

 

autre assistant

73,00

66,00

64,50

1 398,37

 

 

 

 

 

 

 

 

 

IndemnitŽs de RŽpŽtition

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

CACHETS DE REPETITION

cachet de base des journŽes de rŽpŽtition

89,08 Û

 

 

service isolŽ de 3 heures

59,39 Û

 

 

INSTRUMENTS VOLUMINEUX

indemnitŽ de transport Aller / retour par trajet

10,24 Û x 2

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Grille de salaires minimaux artistes-interptes

Exploitants de lieux, producteurs ou diffuseurs de cabarets

(Annexe 3)

Troupe constituŽe

 

 

 

Cachet minimum isolŽ

 Jusqu'ˆ 7 cachets

dans le mois

Plus de 7 cachets

Dans le mois

Hors mensualisation

Salaire mensuel

Pour une soirŽe ou matinŽe

de une

reprŽsentation

Pour une soirŽe ou matinŽe de

deux reprŽsentations consŽcutives

Pour une soirŽe ou matinŽe

de une

reprŽsentation

Pour une soirŽe ou matinŽe de

deux reprŽsentations consŽcutives

Pour 26 ˆ 30 reprŽsentations mois non consŽcutives

Pour 52 ˆ 56 reprŽsentations mois consŽcutives mini 2 ˆ 2

pour 26 soirŽes dont 13

ˆ deux reprŽsentations consŽcutives

SALLES AVOISINANT 300 PLACES AU MAXIMUM

 

 

 

 

 

 

 

Capitaine niveau 1

94,25

146,08

91,80

128,52

2325,60

3255,84

2790,72

Capitaine niveau 2

86,39

133,92

84,15

117,81

2131,80

2984,52

2558,16

Danseurs danseuses solistes et autres Artistes solistes

78,54

121,74

76,50

107,10

1938,00

2713,20

2325,60

Danseurs danseuses de revue

71,40

110,67

69,54

97,36

1764,60

2470,44

2117,52

Autres artistes de revue

69,36

107,51

67,56

94,59

1713,60

2399,04

2056,32

Chanteur

95,88

148,61

93,39

130,74

2366,40

3312,96

2839,68

Musicien avant spectacle sur scne

95,88

 

93,39

 

2366,40

 

 

Musicien accompagnant tout le show

95,88

148,61

93,39

130,74

2366,40

3312,96

 

Musicien d”ner +1er Show

 

148,61

 

130,74

 

3312,96

 

Musicien d”ner + 2 Shows

 

200,63

 

176,56

 

4477,80

 

Attraction / artiste de variŽtŽ

95,88

148,61

93,39

130,74

2366,40

3312,96

2839,68

SALLES SUPERIEURES A 300 PLACES

 

 

 

 

 

 

 

Capitaine niveau 1

100,98

156,52

98,36

137,70

2491,55

3488,20

2989,88

Capitaine niveau 2

92,82

143,87

90,40

126,57

2290,21

3206,37

2748,29

Danseurs danseuses solistes et autres Artistes solistes

84,15

130,43

81,97

114,75

2076,31

2906,90

2491,61

Danseurs danseuses de revue

76,50

118,58

74,51

104,32

1887,51

2642,51

2265,01

Autres artistes de revue

74,46

115,41

72,52

101,53

1837,22

2572,13

2204,68

Chanteur

102,01

158,12

99,35

139,10

2516,92

3523,69

3020,30

Musicien avant spectacle sur scne

104,03

 

101,32

141,85